luchonmag
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

1er tour des législatives : réactions de Michel Montsarrat, Joël Aviragnet, Philippe Gimenez...



Lundi 12 Juin 2017
Paul Tian


(Photo d'illustration)
(Photo d'illustration)
Dimanche, pour le 1er tour des législatives, la 8ème circonscription du Comminges-Savès n'a pas échappé au tsunami En Marche. Réputé "fief" de la socialiste Carole Delga, députée sortante et présidente de la Région Occitanie, ce territoire a placé largement en tête Michel Montsarrat, candidat de la société civile et investi, il y a tout juste un mois par La République En Marche (LREM). Dimanche prochain, les électeurs devront choisir entre Michel Montsarrat et Joël Aviragnet.

Nous publions ci-après, les premières réactions des candidats après ce premier tour, mais aussi celles de Carole Delga et de Georges Méric, président du Conseil départemental de la Haute-Garonne. 

Réaction de Michel Montsarrat, candidat La République En Marche
 
Je suis très satisfait de ce résultat qui légitime ma candidature sur cette grande circonscription. Face à ces professionnels de la politique, les électeurs ont choisi une nouvelle direction qui devra être confirmée au second tour. Je reste humble car je suis tout à fait conscient que rien n'est joué et que j'ai besoin de la mobilisation de tous les électeurs. Si je suis élu au second tour je réitère mon engagement auprès des habitants de ces territoires aux multiples facettes.
 
Réaction de Joël Aviragnet, candidat PS
 
Les électeurs du Comminges et du Savès ont décidé : je serai au second tour face au candidat de La République en Marche.

Dans un scrutin où l'abstention a été très élevée (un électeur sur deux n'est pas allé voter) et où la gauche a été morcelée, je le dis avec force : la victoire de la gauche est possible dans le Comminges et le Savès.

Les résultats de ce premier tour des élections législatives sont un séisme politique. Il est possible que le président de la République dispose d'une majorité absolue et d'un pouvoir absolu à l'Assemblée nationale. Nous ne pouvons laisser les pleins pouvoirs au Président pour 5 ans, sans contrepoids de gauche.

La condition du sursaut est d'abord L'UNION DE LA GAUCHE, c'est pourquoi j'appelle tous les électeurs de gauche- que leur choix se soit porté sur la candidate écologiste, sur la candidat du Front de gauche et du Parti communiste, sur le candidats de la France insoumise ou sur les autres candidats qui se réclament d'une sensibilité de gauche- à se rassembler au second, malgré nos différences, pour faire gagner la gauche, dans l'une des quelques circonscriptions de France où c'est encore possible.

La seconde condition est la mobilisation des abstentionnistes. C'est pourquoi j'appelle à la mobilisation générale au second tour car la victoire est possible: empêcher la suppression du Département de la Haute-Garonne et de la redistribution des richesses qu'il réalise (empêcher la suppression du soutien à la rénovation des routes, des aides à l'agriculture, à la gratuité du transport scolaire), envoyer à l'Assemblée nationale un député DE GAUCHE qui portera des convictions de justice sociale, d'égalité entre les individus, entre les territoires- à un moment où les inégalités s'accroissent. Avec la présidente de la Région Occitanie et votre députée sortante Carole Delga, qui a obtenu tant de résultats concrets pour le territoire (l'hôpital de Saint Gaudens, le tribunal, l'école d'infirmières, le lycée de Cazères, le train Montréjeau-Luchon, tant de soutiens ponctuels à des projets, des manifestations), nous devons tout faire pour que le Comminges et le Savès restent à gauche.

Notre avenir est entre nos mains : rassemblement de la gauche, mobilisation des abstentionnistes. Je suis plus que jamais déterminé à aller jusqu'à la victoire : je me battrai pour aller chercher toutes voix nécessaires et convaincre pour faire que notre territoire, après Pierre Ortet, Jean-Louis Idiart, Carole Delga, dans une terre qui a été d'un soutien sans faille à Pierre Izard et à Martin Malvy, élise à nouveau un député de gauche.
 
Réaction de Philippe Gimenez et Sophie Lechat, candidats de La France Insoumise
 
Les résultats définitifs ne nous permettent pas d'accéder au second tour de ces élections législatives.

Nous n'avons pas réussi à mobiliser le même électorat que JLM lors des présidentielles.
Les candidats "En Marchee et PS sont eux au même niveau que E. Macron et B. Hamon. Pour l'un grâce à la prime "présidentielle" et à l'aspect sympathique de sa personnalité, l'autre à bénéficier de l'engagement personnel de la présidente de région.

Nous constatons cependant que la France Insoumise permet une nette progression du vote humaniste et écologiste par rapport à 2012 : +50%.

La France insoumise est à présent un mouvement solidement ancré dans notre circonscription ainsi que dans l'ensemble du département puisque 6 binômes seront présents au second tour dimanche prochain.

Sur notre circonscription, la France Insoumise (réunie au local de campagne après l'annonce des résultats) ne donnera aucune consigne de vote.

Quelle confiance pourrait-on accorder à Joël Aviragnet qui avec madame Delga a suivi et approuvé les politiques menées par Hollande, Valls, Macron, Cazeneuve, Touraine ou El Khomri ?

Concernant le futur, la France Insoumise, mouvement ouvert, souhaite rassembler tous les citoyens issus ou non des partis politiques autour de son programme l' "Avenir en commun", programme qui espérons-le pourra être porté à l'Assemblée par un nombre conséquent de députés. Eux seuls seront en mesure de défendre les intérêts de nos concitoyens et de participer efficacement aux luttes de terrain, sans compromission.

Nous continuerons, toujours plus nombreux, à soutenir toutes les luttes contre la politique ultralibérale engagée par Emmanuel Macron, nocive pour notre territoire et ses habitants, dangereuse pour son environnement et qui met en péril la démocratie et la république.

Les forces rassemblées lors des élections présidentielles et législatives devraient nous permettre de prolonger et d'approfondir nos propositions humanistes et écologistes dans le débat public et pour les prochaines échéances électorales.

Enfin, nous tenons à remercier les 6 138 électeurs (14% des votants) qui nous ont donné leur confiance et l'ensemble des militants qui nous ont aidé et soutenu au cours de cette belle (et difficile) campagne.

Rendons l'espoir puis "que viennent les jours heureux et le goût du bonheur".
 
 
Réaction de Carole Delga, députée sortante, présidente de la région Occitanie
 
Les résultats du 1er tour des élections Législatives confirment ceux du second tour de l’élection présidentielle. C’est la mécanique de la Ve République, et du quinquennat, ce qui amène la campagne que nous avons : aucun programme, aucun débat de fond. Le niveau de l’abstention démontre que la démocratie ne se porte pas bien dans notre pays, surtout quand 1 citoyen sur 2, qui ne s'est pas déplacé, dit vouloir exprimer ainsi son mécontentement. Chacun doit en tenir compte.

Le Parti socialiste, et la gauche subissent une lourde défaite. Je constate que des élus qui avaient agi fortement pour leurs territoires, avec des résultats concrets, sont balayés par la vague nationale. Il faut tout reconstruire, repenser notre rapport à la société, changer radicalement les pratiques, plus s’appuyer sur les territoires : c’est ce que je mène depuis 18 mois à la tête de la Région Occitanie / Pyrénées - Méditerranée, en étant pragmatique, avec des marqueurs forts d’égalité et de justice sociale au profit de nos concitoyens.

Pour le second tour, je crois sincèrement que notre pays, nos territoires ont besoin de pluralité. On sait, d’expérience, que l’on peut s’appuyer sur des élus de gauche. Tout comme nous savons qu’il faut faire barrage aux candidats de l’extrême droite.
 
Réaction de Georges Méric, président du Conseil départemental de la Haute-Garonne
 
Le résultat des candidats du Parti Socialiste est une grande déception au niveau national et en Haute-Garonne.

Je tiens à saluer l'engagement des candidats et des militants dans cette campagne difficile dont le résultat n'est pas à la hauteur de nos espérances.

J'appelle à la mobilisation au second tour pour faire élire le plus grand nombre de députés socialistes au niveau national et en Haute-Garonne notre candidat sur la 8ème circonscription.
J'appelle également à la mobilisation pour faire barrage au Front National partout où ses candidats sont qualifiés pour le second tour.

Le faible taux de participation des électeurs traduit une nouvelle fois la désaffection croissante des français pour la vie politique de notre pays. Nous devons l’entendre et en tirer les conclusions. 

Ce soir, le score historiquement bas du Parti socialiste nous oblige à une refondation profonde autour de pratiques rénovées, d’un projet fédérateur fondé sur nos valeurs de progrès, de justice sociale et de solidarité. À la place qui est la mienne, j'entends jouer pleinement mon rôle dans cette nécessaire refondation.
 

Paul Tian
Paul Tian


1.Posté par Bultinblan le 12/06/2017 19:07
...Les électeurs du Comminges et du Savès ont décidé : je serai au second tour face au candidat de La République en Marche...

Personne n'a décidé de le voir au second tour!
C'est le système à la c.. qui fait qu'il est repêché.
Il essaye de ratisser large. Il semble ne pas avoir compris que les Français ne veulent plus rouler, pour ce qui ressemble de près ou de loin à un socialo!

Nouveau commentaire :

Politique | Clin d'oeil | Solidarité | Arrêt sur image | Murmures sur les allées | Gastronomie | Education nationale | Commerce | Annonce | Ephéméride | Animaux | L'Evènement | Coup de pouce