luchonmag
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Bienvenue aux nouveaux propriétaires de l'ancien "Hôtel Bellevue"

En 2016, "Le Bellevue", au 3, allée d'Etigny, était devenu l'Hôtel-Spa des Lilas. Il changera prochainement d'enseigne. "Luchon Mag" vous invite à découvrir les nouveaux propriétaires...



Mercredi 23 Août 2017
Nadyne Vern-Frouillou


Les nouveaux hôteliers luchonnais : de gauche à droite, Katy Bonnet, Louis Mendy, Raymond Koba... et les enfants Laora 8 ans et Yvan, 11 ans (Photo © NVF)
Les nouveaux hôteliers luchonnais : de gauche à droite, Katy Bonnet, Louis Mendy, Raymond Koba... et les enfants Laora 8 ans et Yvan, 11 ans (Photo © NVF)
Le monde de l'hôtellerie et de la restauration bouge beaucoup à Luchon et parce que les transactions se font souvent dans des revues et sur des sites spécialisés, tout le monde n'est pas toujours au courant et colporte parfois des infos erronées.
Tout comme "Luchon Mag" fait des reportages sur les commerces ou artisans qui le souhaitent ou qui, à titres divers, attirent notre attention, la rédaction vous informe clairement en rencontrant aussi ceux et celles qui choisissent de s'installer afin de favoriser leur intégration et de booster un peu leur installation.
 
Aujourd'hui, Nadyne invite le lecteur à découvrir la renaissance d'un vieil établissement luchonnais, "Le Bellevue" (à côté du légendaire établissement "Chez Manu" dont nous aurons aussi l'occasion de reparler très prochainement).

"Le Bellevue" était devenu récemment "Hôtel-Spa des Lilas" et  nous pouvons déjà vous dire qu'une nouvelle enseigne va apparaître, prochainement, sur sa façade, au 3, de l'Allée d'Etigny.
 
En attendant faisons connaissance avec les nouveaux propriétaires. Ils sont trois aux manettes, Louis Mendy, sa compagne Katy Bonnet et son cousin, Raymond Kabo.Trois personnes aux parcours différents et qui ont réuni leurs compétences pour que le nouvel  hôtel-restaurant-Espace de bien-être apporte une spécificité inédite à Luchon.
 
Louis Mendy, né à Dakar se souvient avec bonheur des vacances de son enfance qu'il allait passer chez ses grands-parents en Casamance, une région au sud du Sénégal traversée par le fleuve éponyme où il jouait avec Raymond, un cousin éloigné.

Après des études d'informatique et de gestion, Louis Mendy est arrivé en France où il poursuit des études dans le domaine bancaire et assurances. Pour améliorer l'ordinaire, il trouve un job d'étudiant et devient réceptionniste de nuit dans un hôtel trois étoiles d'Argelès-sur-Mer.

"C'est là qu'est née ma vocation d'hôtelier. J'ai été embauché par le groupe Campanile-Kyriad et j'ai tourné à travers la France à différents postes à responsabilités. Ce fut une expérience très enrichissante, j'ai beaucoup appris mais, par la suite, j'éprouvais le besoin de faire quelque chose de plus atypique et plus familial. A double titre : offrir une ambiance familiale aux clients mais aussi, moi-même pouvoir avoir une activité plus sédentaire pour mener une vie de famille avec nos deux enfants et mon épouse catalane qui est esthéticienne. Notre rêve professionnel était de réunir nos deux activités sur un même lieu".
 
Un heureux hasard

L' autre chance dans le cursus de Louis Mendy vient d'un très heureux hasard.

"Lors d'une soirée chez des amis, à Perpignan, je rencontre un Sénégalais avec qui bien sûr j'engage la conversation et quel ne fut pas notre étonnement de découvrir tout d'un d'un coup que nous nous connaissions ! Je ne l'avais pas reconnu et inversement mais c'était Raymond, le cousin de Casamance, complètement perdu de vu. Il était inscrit dans la même université que moi ! Nous avions 22 ans. Pendant trois ans, nous nous sommes mutuellement consacrés tous nos week-ends, tous les jours de fête. Il fallait rattraper le temps perdu. Et quand je fus engagé par le groupe hôtelier, je l'ai embarqué sur un projet à Argelès pendant un an avant qu'il ne parte vers Montpellier pour se consacrer à ce qu'il aimait, la restauration."

L'idée de créer un jour sa propre entreprise titillait Louis Mendy et il promit à son cousin  Raymond qu'il n'entreprendrait rien sans lui en faire part.
"Raymond aurait été plus pressé mais moi, j'avais besoin de consolider mes bases, je ne voulais pas partir à l'aventure".
 
Le hasard encore au rendez-vous et coup de cœur pour Luchon

Chacun cheminait de son côté mais "l'idée de passer du temps ensemble, coordonner nos talents, notre passion commune, voire notre vocation ne nous lâchait pas et se faisait même de plus en plus précise".

Louis Mendy cherchait donc, discrètement, une affaire qui répondrait à leurs triples aspirations.

"Je suis allé en voir plusieurs jusqu'au jour où je tombe sur l'annonce concernant l'Hôtel des lilas et là je sens que ça devrait le faire, alors pour la première fois, je demande à mon épouse de venir voir avec moi. Bien sûr, elle me demande où ça se trouve et je lui réponds : 'A Luchon, je ne connais pas du tout'."

"A Luchon ! S'exclame-t-elle, mais moi je connais, j 'y suis souvent allé, j'ai un oncle et une tante qui y habitent !"

Louis n'est prêt d'oublier son arrivée à Luchon qu'il trouve magnifique et il a un véritable coup de cœur pour "cette petite ville à taille humaine", "et dans un meilleur décor, renchérit son épouse Katy" qui évoque son effroi en pensant encore aux mutations proposées par le groupe hôtelier dans le Nord ou à Sedan !  

Le deuxième coup de cœur est pour Katy quand elle découvre l'hôtel et son spa : "Cela correspondait tout à fait à mon projet".

Et c'est le retour vers Perpignan. Dans la voiture, c'est l'excitation mais Louis redescend un peu sur terre :

"C'est bien beau les coups de cœur, se souvient-il, mais je me suis dit qu'avant tout j'étais un gestionnaire de formation et j'ai décidé d'appeler mon frère qui est avocat à Montpellier pour lui demander conseil. Et là, nouvelle surprise : mon frère connaît très bien Luchon, il a des clients dans divers endroits des Pyrénées et il y fait souvent étape. Ses propos me rassurent et je peux rire de moi : je suis le seul qui ne connaît pas Luchon... mais si tout se passe bien, je vais me rattraper !"
 
Toute la famille Mendy-Bonnet-Kabo est arrivée début août et entre l'accueil des clients déjà nombreux, les projets se bousculent (sagement)...
L'ancien Bellevue va donc redevenir un hôtel-restaurant avec un espace détente-soin-bien-être.

Jeudi 24 août : ouverture d'un restaurant nouveau concept à Luchon

"Le choix de cet établissement va nous permettre de combiner nos expériences. Raymond gérera le restaurant qui va ouvrir jeudi 24 août à la veille de la Fête des Fleurs, mais avec un nouveau concept à Luchon : un buffet en liberté. Hors d'oeuvre, un plat chaud, fromages et dessert (15,30 €). Cette formule laisse l'autonomie de choix aux clients et nous, nous aurons plus de disponibilité pour nous occuper d'eux. Parallèlement il y aura une formule plat du jour à 9,90€ avec viande ou poisson au choix plus le coup de cœur du chef en fonction de son humeur, de sa folie !"

Nul doute qu'avec Katy qui revendique haut et fort sa "catalanité", les spécialités de Catalogne ne manqueront pas et il y aura aussi des spécialités sénégalaises.

"Nous ferons de temps en temps des animations poissons et légumes de saison puisque le Sénégal étant bordé par l'Océan, les spécialités sénégalaises sont basées sur le poisson mais aussi la viande de bœuf et le poulet. Le plat national est le "tiéboudieune" blanc ou rouge selon qu'il est sans ou avec des tomates. C' est une préparation à base de gros poissons et de légumes".

Composé de vingt chambres (quatorze avec douche, six avec baignoires), l'hôtel propose dix chambres doubles, six triples et quatre quadruples. Elles ont été refaites récemment mais il y a toujours des améliorations à apporter (un meilleur éclairage des miroirs par exemple, dans les salles d'eau et salles de bains).

Katy qui a toujours le mot pour rire envisage de refaire le décor de la salle à manger "J'aime bien le Stade Toulousain mais le rouge et le noir, c'est triste et peu esthétique..."

Déjà bien intégrés dans l'esprit local, ils expliquent "Nous ferons comme tous les Luchonnais, nous fermerons en novembre et ferons les travaux d'amélioration et d'embellissements nécessaires..."

Le spa-sauna n'est pas réservé aux seuls clients de l'hôtel qui restent cependant prioritaires. Il est ouvert de 15h à 22h et Katy Bonnet songe déjà à l'organisation :"un service de massage sera mis en place, il y aura des journées à thème, des après-midi d 'échange toujours dans le cadre du bien-être et de la convivialité".
"Nous avons beaucoup d'idées, conclu Louis Mendy, mais il faut les mettre en place petit à petit".

"Luchon Mag" souhaite une pleine réussite à cette nouvelle famille luchonnaise qui, lors de notre entretien a montré spontanément qu'elle manie bonne humeur et dérision avec délectation.
 



 

Pratique

Pratique :    
3, Allée d'Etigny  à  Luchon
Tel : 05 61 79 01 65
Courriel : hotelspaleslilas@gmail.com


 

L'espace détente bien-être de l'hôtel (Photo NVF)
L'espace détente bien-être de l'hôtel (Photo NVF)


Une partie de la future salle de restaurant dont lé déco va être repensée (Photo © NVF)
Une partie de la future salle de restaurant dont lé déco va être repensée (Photo © NVF)

Nadyne Vern-Frouillou
Nadyne Vern-Frouillou

Nouveau commentaire :

Agenda | Actu | Opinion : la vôtre, la nôtre | Faits-divers | Sport | Culture | Tribune libre | Murmures | PUBLICITÉ / CONTACT | ULULE | Luchon Passion | Pub | RDV politique