luchonmag
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Chronique littéraire : Régine Laprade, conteuse d'histoires

Robert Linas, notre chroniqueur littéraire, nous propose ce dimanche une rencontre avec cette ancienne médecin ergonome qui aime se définit comme "conteuse d'histoires".



Dimanche 3 Avril 2016
Robert Linas


Régine Laprade
Régine Laprade
Tout d’abord, qui êtes-vous Régine Laprade ?
 
Je suis née le 4 mars 1946 en Périgord , dans la maison familiale qui se nomme La Prade. Voilà l’origine de mon pseudonyme ; ce choix pour honorer mes ancêtres. J’ai fait une carrière de médecin ergonome à Brive-la-Gaillarde en Corrèze. Retraitée, grand-mère de quatre petits enfants, je partage ma vie entre Limousin et Périgord.
 
Comment définissez vous  votre univers littéraire ?
 
Je suis une conteuse d’histoires. J’écris mes romans autour de personnages bien réels. Je m’approprie leur vie, j’entre dans leur peau, dans leur univers, j’essaie de les faire revivre.
 
Quelle est  votre bibliographie ? Combien  avez-vous de livres à  votre actif ?
 
Mon  5roman "Destin falsifié"  est sorti en octobre 2015, aux Editions les Monédières à Brive.

Chez le même éditeur j’ai publié :
  • Le Vieux cahier (2014)
  • Le Bois de mon père (2013)
  • Le Camion blessé (2012)
Aux éditions du Pierregord, en 2011, Le Collier d'Ambre
 

Quel est le livre que vous avez préféré écrire et pourquoi ?
 
Le Collier d'Ambre : il a été tout d’abord un devoir de mémoire. Dans un  carton, dix ans après le décès de ma mère, j’ai trouvé des fiches dactylographiées dans lesquelles elle relatait certains de ses souvenirs, et une note manuscrite me suggérant d’en faire quelque chose. J’ai donc écrit ce roman. Il m’a semblé qu’elle guidait ma main. Cette écriture m’a en outre permis de me "réconcilier" avec elle : nos relations n’avaient jamais été faciles !

Ensuite le goût de l’écriture m’est venu... Une addiction même ! J’ai beaucoup aimé aussi écrire le "Vieux Cahier" qui m’a permis de parler de l’abolition du bagne, ce qui pour moi a autant d’importance que la suppression de la peine de mort.
 
Quelle est  votre actualité littéraire ?

 
Destin Falsifié : une famille banale, une mère prête à tout pour gravir l’échelle de l’ascension sociale et donner à ses enfants le meilleur. Mais l’alcool et le goût de l’argent se sont invités chez cette femme dont la devise était "quand on veut on peut". C’est aussi un dialogue entre le frère et la sœur : le  jeu de "tu te souviens ?"

 Ce roman  a été présenté les 6,7 et 8 novembre 2015 à la Foire du Livre de Brive et le 6 décembre dernier au Salon de Noël de Sarlat.
                                                                                     
De quel personnage historique  vous sentez-vous la plus proche ?
 
J’ai énormément d’admiration pour Marie Curie, au point d’avoir appelé ma fille Irène, qui elle aussi fait une carrière scientifique.

Chronique littéraire réalisée par Robert Linas
Président Fondateur de l'association 7 à lire !   www.o-p-i.fr/7alire    

Chronique littéraire : Régine Laprade, conteuse d'histoires

Robert Linas
Robert Linas

Nouveau commentaire :

Agenda | Actu | Opinion : la vôtre, la nôtre | Sport | Faits-divers | Culture | Tribune libre | Murmures | PUBLICITÉ / CONTACT | ULULE | Luchon Passion | Pub | RDV politique