luchonmag
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Chronique littéraire : rencontre avec Jean-Jacques Soulet

Les livres de Jean-Jacques Soulet traitent d'un sujet méconnu la civilisation des Gaulois Ibères ou Aquitains, de l'Aquitaine et du Languedoc avant et pendant la guerre des Gaules.



Samedi 7 Janvier 2017


Chronique littéraire : rencontre avec Jean-Jacques Soulet
Les livres de Jean-Jacques Soulet traitent d'un sujet méconnu la civilisation des Gaulois Ibères ou Aquitains, de l'Aquitaine et du Languedoc avant et pendant la guerre des Gaules.

Nous avons rencontré l'auteur de ces livres d'histoire et d'archéologie. Il se présente.

Je suis natif de Pamiers et Ariégeois d'origine du coté paternel. J'ai exercé la profession d'architecte jusqu'en 2014.

Vous étudiez les Gaulois Aquitains (qui ne seraient pas des Celtes) et leur civilisation. Pourquoi et depuis quand ?

C'était le 10 décembre 1982, quand un Apaméen me fit découvrir un aqueduc. Je ne comprenais pas son existence. Or Vitruve architecte romain, indique qu'un aqueduc amenait l'eau à des réservoirs pour la distribuer dans une ville. La photo aérienne révéla la présence de cercles pour ces réservoirs, ainsi je découvrais une cité disparue nommée, (sur des textes anciens), Apamia ou Apamée. Aussi je trouve injuste que "nos ancêtres soient traités de Barbares".

Cela fait 34 ans, et depuis ?

A partir de là, j'étudiais l'antiquité des civilisations grecque et romaine, mais surtout hellénistique. Je constatais par la visite du site, suivant les photos aériennes, les cadastres que cette cité présentait un urbanisme avec des fortifications, un grand temple hypostyle (ne comprenant que des colonnes), un stade... et surtout qu'il existait à proximité un réseau d'irrigation. Ainsi elle appartenait à la civilisation des Gaulois Ibères mais de "caractère hellénistique".

Vous désignez Antoninos (Saint-Antonin connu dans la région) le dernier roi des Gaulois Ibères. Quelle était cette royauté ?

On honore ce personnage comme saint dans des dizaines de villes et de villages en Italie, en France et en Espagne. Il figure sur un tableau à Grenade (Espagne), avec la mention "roi d'Apamée". On a représenté son martyre dans le cloître Sant Spirito à Florence (Italie) et désigné "roi d'Apamia". Car il descendait du "Rex" ou "Basileus" des Aquitains Adiatuanos cité par J.César, il lui attribue "le pouvoir suprême".

Mais Adiatuanos serait le roi des Sotiates à Sos  ?

Il s'avère que le Grec Dion Cassius désigne cette tribu "les Apiates". J.B. D'Anville (en 1782) mentionne qu'Apamia était un petit royaume d'origine Ibérienne de la branche Aquitanique, et qu'elle existait longtemps avant l'entrée des Romains dans les Gaules. Alors que B.de la Martinière (en 1739) écrit qu'à Sos, un lieu "de 1602 arpents 1/4 nommé 'Un de Sos' est de "la maîtrise d'Apamia".

L'archéologie confirme, car à quelques centaines de mètres au sud de cette cité on extraya une vingtaine de projectiles sphériques. Ils furent projetés par des balistes placées sur la plate-forme des fortifications (toujours apparente) et rappellent le siège de la "citadelle" Sotiate par P.Crassus en 56 av.J.C.

Pourquoi ne procède t-on pas à la mise à jour ?

Car on a établi que les Romains ont civilisé les Gaulois, et cette découverte (patrimoine de Saint-Antonin) remettrait cette théorie en question. Alors on fait abstraction !         


Chronique littéraire : rencontre avec Jean-Jacques Soulet


Nouveau commentaire :

Agenda | Actu | Opinion : la vôtre, la nôtre | Sport | Faits-divers | Culture | Tribune libre | Murmures | PUBLICITÉ / CONTACT | ULULE | Luchon Passion | Pub | RDV politique