luchonmag
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Interview "plurilingue" de Matiu Barès, mester d'escola et musicaire occitan

Encontra interdialectala ambe Matiu Barès, mester d'escola et musicaire occitan. (Rencontre interdialectale avec Mathieu Barès, enseignant et musicien occitan).



Lundi 5 Juin 2017


Matiu Barès (Photo DR)
Matiu Barès (Photo DR)
La cronica occitana d'aqueste / d'aqueth mes de junh es un bocin / un chic particulièra puèi que se va far / her entre dos / dus Occitans , mas dins dos /dus dialectes diferents, lo lengadocian per las questions e lo / eth gascon per las  responsas del Matiu !
Que cal saber que i a fòrça / hòrt  mòts identics / parions e que dins la vida es totjorn mai important de se preocupar de las semblanças que acampan lo mond pus lèu que de las diferencias que separan la gents.

 
La chronique occitane de ce mois de juin est un peu particulière puisqu'elle se faire entre deux Occitans mais dans deux dialectes différents, le languedocien pour les questions et le gascon pour les réponses de Mathieu.
Il faut savoir qu'il y a de très nombreux mots identiques et que dans la vie il est important de s'attacher davantage aux ressemblances qui réunissent les gens plutôt qu'aux différences qui les désunissent.
 

Adiu / Adishatz Matiu, te cal en prumièr me contar ta vida ! E de segur, explicar cossí as recebut la lenga, en cadèu... Perqué sabi que per tu fuguèt un polit / beroi present. 

Bonjour Mathieu, d'abord, tu vas me raconter ta vie ! Et, bien sûr, expliquer comment tu as reçu la langue, en cadeau... car je sais que pour toi ce fut un beau cadeau.

M.B. : Adishatz,
Que sòi de Guaus de Luishon, petit vilatge tot pròche de Banhèras, on ei creishut dens ua familha de goelhèrs, eths mens pairs qu’avian ua bòrda, eths mens gran-pairs qu’èran goelhèrs tanben, e qu’ei atau que sòi estat breçat ena lenga nòsta. Eth men gran-pair e era mia gran-mair se son tostemps parlats en gascon (a nosauti que nos parlavan francés), qu’èi avut aquera escadença e de pro lèu compréner era lenga. Me sòi botat a parlar bien mes tard dab eth men gran-pair, quan èi prés consciença dera riquessa d’aquera lenga e dera importença de guardar-la.

Je suis de Gouaux de Luchon, petit village proche de Luchon, où j’ai grandi dans une famille d’agriculteurs, mes parents avaient une ferme, mes grand-parents étaient bergers aussi, et c’est comme ça que j’ai été baigné dans la langue occitane. Mon grand-père et ma grand-mère ont toujours communiqué en gascon entre eux (ils me parlaient français tout comme à mes parents), j’ai eu la chance de tomber dedans très vite et donc de comprendre naturellement cette langue familière. Je me suis mis à la parler bien plus tard lorsque j’ai pris conscience de sa richesse et de l’importance de la garder.

La lenga fuguèt un primièr bonur, es aquò que te menèt a la musica ?  Perque sias anat an aquel concert de Nadau a Cièr de Luishon, a 9 ans,  fuguerès atirat per qué ? La lenga o la musica ? Avias jà escotat d'autras musicians, cantaires ?

La langue fut un premier bonheur , est-ce elle qui te conduisit vers la musique ? Pourquoi es-tu allé à ce fameux concert de Nadau à Cier-de-Luchon, à 9 ans, qu'est-ce qui t'attira ? La langue ou la musique ? Avais-tu déjà écouté d'autres chanteurs, musiciens ?
 
M.B. : Qu’ei ua coincidença d’èster anat a d’aqueth concèrt de Nadau a Cier de Luishon, qu’avia 9 ans, qu’aviam avut eras plaças non sabi pas de quina faiçon, dinc aquiu, jo que coneguia Nadau de nom, pas mès. Eths mens pairs ja l’avian vist mantuns còps abans. Que’m sòi apercebut que eras paraulas de Nadau èran ena madeisha lenga que aquera deth men gran-pair de Guaus. Que sòi estat fascinat peths instruments e sustot peth acordeon que m’atirava dempuish tot joenòt.

C’est une coincidence d’être allé à ce concert de Nadau à Cier de Luchon, j’avais 9 ans, on avait eu les places je ne sais plus de quelle façon, jusqu’à ce jour, je ne connaissais Nadau que de nom, pas plus. Mes parents avaient assisté à plusieurs concerts quelques années auparavant. Je me suis aperçu ce jour-là que les paroles de Nadau étaient dans la même langue que celle de mon grand-père. Ça a été le coup de foudre. Et il y avait les instruments, notamment l’accordéon qui m’attirait énormément depuis tout petit.
 
Cossí sias passat de l'admiracion , de l'enveja de jogar a la practica del tira-bufa / tira-buha coma se ditz per designar l'acordéon diatonic ?

Comment es-tu passé de l'admiration , de l'envie de jouer à la pratique du «  tire-souffle » comme on appelle l'accordéon diatonique ?
 
M.B. : Qu’ei après aqueste concèrt que’m sòi botat a apréner eras cançons de Nadau, a m’interessar ara lenga, ara sua escritura, e tanben ara musica. Eth men pair que decidec de’m crompar un acordeon cromatic, mès impossible de trobar un professor de musica. Un dia, era mia mair que trobèc a Miquèu Maffrand en ua farmacia de Banhèras, e Miquèu que venguec a Guaus, qu’estec eth encontre ! Pòc de temps après, Miquèu que’m prepausèc de deishar eth cromatic e de m’apréner eth acordeon diatonic ara condicion que’u transmetessi après a quauqu’arrés d’aute.
E donc que m’i atelèi, e que sòi plan content e encantat de veir musiquejar aqueths joens a qui èi aprenut eth acordeon : ath lor torn qu’ac transmeteràn a quauqu’arrés tanben un dia.
 
C’est après ce concert que je me suis mis à apprendre les chansons de Nadau, à m’intéresser à la langue, à son écriture, et aussi à la musique. Mon père a décidé de m’acheter un accordéon chromatique, mais impossible de trouver un professeur de musique. Un jour, ma mère a rencontré Michel Maffrand dans une farmacie de Luchon, et Michel est venu à Gouaux. C’était la rencontre ! Peu de temps après, il me proposait de poser le chromatique et de m’apprendre l’accordéon diatonique à la seule condition, que je le transmette à quelqu’un d’autre.
Et donc je m’y suis mis. Je suis vraiment content et ravi de voir aujourd’hui ces jeunes à qui j’ai appris l’accordéon : à leur tour, ils le transmettront à quelqu’un un jour aussi.
 
Imagini que l'idèia d'ensenhar la lenga te venguèt aprèp... Explica un bocin ton camin cap a l'ensenhament e tas prumièras experienças.
 
J'imagine que l'idée d'enseigner la langue te vint par la suite...Explique un peu ton cheminement et tes premières expériences.
 
M.B. : Me sòi interessat ara lenga de mès en mès, e que m’i interèssa encara mès uei. Qu’èi començat per compréner era lenga a casa, puish a léger a travèrs eras cançons, après a parlar dab eth men gran-pair, e tot viste a escríver quan èi prés l’opcion ath licèu : qu’ei aquiu que’m sòi botat a escríver cançons. Enfin, qu’èi contunhat ara universitat tà apréner era istòria dera occitania, era sua linguistica, eths diferents dialectes tà enfin l’ensenhar e la transméter dempuish ara 2 ans enas escòlas bilinguas.
 
Je me suis intéressé à la langue de plus en plus, et je m’y intéresse d’autant plus aujourd’hui. J’ai commencé par comprendre la langue à la maison, puis à lire par le biais des chansons, parler avec mon grand-père, et ensuite à l’écrire lorsque j’ai pris l’option au lycée : c’est à ce moment là que je me suis mis à écrire des chansons. Enfin, j’ai continué à l’université pour apprendre l’histoire de l’occitanie, sa linguistique, les différents dialectes,… pour enfin l’enseigner et la transmettre depuis maintenant 2 ans dans les écoles bilingues.
 
Luishon va dubrir sa prumièra classa bilinga occitan-francés, una plan bona novela per tu quitament se sabes pas encara se sarás lo regent nominat…
 
Luchon va ouvrir sa première classe bilingue occitan-français, une bonne nouvelle pour toi, même si pour l'instant tu ignores encore si tu auras la chance d'en être le maître...
 
M.B. : Jo qu’èi avut era escadença d’apréner era lenga a casa, qu’ei rara d’ac poder hèr atau uei. Que’m hè gòi de saber que lèu escolans de Luishon poderàn apréner era lenga nòsta ara escòla, tath enrequiment culturau deths mainatges mès tanben tara loa aurelha linguistica e tà facilitar eth aprentissatge d’autas lengas. Qu’ei important  de trobar eth plaser de parlar e d’escambiar, qu’ei ua ubertura d’esperit necessària uei…
 
J’ai eu la chance d’apprendre la langue chez moi, c’est rare de pouvoir le faire aujourd’hui. C’est un plaisir pour la culture et pour notre vallée de savoir que bientôt, des élèves de l’école de Luchon pourront apprendre la langue de leur région, pour leur enrichissement culturel mais aussi pour développer leur oreille linguistique, ils pourront ainsi apprendre plus facilement d’autres langues. Il est important qu’ils prennent plaisir à parler et à échanger aussi, il me semble que cette ouverture d’esprit est nécessaire aujourd’hui...
 
Pel biais de la musica, sembla que la cultura occitana fa de camin a Luishon … Dempuèi que Arredalh existis, avetz plan avançat... E i a aquel project de DS (disc sarrat).
 
Par le biais de la musique, il semble que la culture occitane fait du chemin à Luchon. Depuis que Arredalh existe, vous avez bien progressé... Maintenant il y a ce projet de CD ( compact disc)
 
M.B. : Que hè ara 5 ans que jogam amassa dab Wilfried. Abans d’encontrar Wilfried, qu’animavi quauques aubadas, quauquas hèstas de vilatges, o que hadia dançar eths hilhs de Luishon, qu’avia ja començat a compausar. Quan èi encontrat Wilfried,  que mos èm viste entenuts e qu’èm devenguts viste amics, sustot que pas mès de 2 km nos separan entre Baren e Guaus. Qu’avem començat en repréner cançons de Nadau, cançons tradicionalas e eras mias composicions, mès tot en lenga occitana. Pòc a pòc qu’avem tanben botat en plaça un repertòri de bal occitan tà hèr dançar eth monde. Que i a de mès en mès de dançaires e de cantaires, qu’ei un plaser de veir aqueths rassemblaments a tornar néisher en Comenge, qu’ei aquò eth « Arredalh » !
Uei, qu’enregistram eth nòste prumèr disque en eth quau i aurà eras nòstas cançons, qu’ei donc un pas de mès en davant, mès qu’avem encara trebalh, que sortirà seguraments sonque ara automna…
 
Cela fait maintenant 5 ans que nous jouons ensemble avec Wilfried. Avant de rencontrer Wilfried, j’animais quelques aubades, quelques fêtes de villages, je faisais danser les Fils de Luchon, j’avais déjà commencé de composer. Quand j’ai rencontré Wilfried, on s’est très vite entendu et on est rapidement devenu amis, surtout que pas plus de 2 km nous séparet entre Baren et Guaus. On a commencé à reprendre quelques chansons de Nadau, des chansons traditionnelles et mes compositions, mais tout en langue occitane. Petit à petit, on a mis en place un répertoire de bal occitan pour faire danser les gens. Il y a de plus en plus de danseurs et de chanteurs, c’est un plaisir de voir ces rassemblements qui renaissent autour de notre culture en Comminges, c’est justement ça l’Arredalh "le regain" !
Nous sommes en train d’enregistrer notre premier album où se trouveront toutes nos compositions, c’est donc un pas de plus en avant, mais il reste encore beaucoup de travail, on espère pouvoir le sortir à l’automne 2017.

 
Propos recueillis par Nadyne Vern-Frouillou 
 

Arredalh sur scène (Photo DR)
Arredalh sur scène (Photo DR)

image_7.png image.png  (5.41 Ko)


Matiu Barès et Joan de Nadau en 2003/2004 (collection MB)
Matiu Barès et Joan de Nadau en 2003/2004 (collection MB)

DROITS DE REPRODUCTION ET DE DIFFUSION RÉSERVÉS. COPYRIGHT LUCHON MAG




Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 12 Octobre 2017 - 17:57 Dessin du jour : "Devoir de mémoire"



1.Posté par Robert OUSTALET le 06/06/2017 14:16
PAS DE COMMENTAIRES PARTICULIERS... si ce n'est apprécier ...
Ces "deux la " ( car j'y associe Wilfried ) sont , pour LUCHON , dans le même état d'esprit ( même si le genre est un peu différent .. ) que un ami disparu beaucoup trop tôt : Patrick SORGEL
CREER , PRENDRE PLAISIR , ANIMER et FAIRE PROFITER .......
MERCI à VOUS

Nouveau commentaire :

Agenda | Actu | Opinion : la vôtre, la nôtre | Sport | Faits-divers | Culture | Tribune libre | Murmures | PUBLICITÉ / CONTACT | ULULE | Luchon Passion | Pub | RDV politique