luchonmag
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Joël Aviragnet, candidat PS : "J'ai des valeurs de solidarité et de justice sociale et je ne les renie pas"

Joël Avriganet, candidat dans la 8ème circonscription de Haute-Garonne et suppléant de la députée sortante Carole Delga (qui ne se représente pas) va tenter dimanche prochain de conserver le territoire du Comminges-Savès au PS. Il répond aux questions de "Luchon Mag".



Mercredi 7 Juin 2017


Marie-Claire Uchan et Joël Aviragnet (Photo DR)
Marie-Claire Uchan et Joël Aviragnet (Photo DR)
Dans cette campagne pour les élections législatives, Joël Aviragnet est un cas de figure : il est à la fois nouveau candidat face aux électeurs et ancien député puisqu'en tant que suppléant de Carole Delga, il est entré à l'Assemblée nationale quand celle-ci est devenue ministre d'Etat. 

"Je suis devenu député du jour au lendemain et quand Carole est devenue présidente de la Région Occitanie, j'ai continué à suivre les dossiers dont je m'étais occupé. Bien sûr je connaissais le territoire puisque, en tant que suppléant, j'avais fait la campagne avec elle, j'avais participé à des réunions et en plus, en tant que maire (d'Encausse-les-Thermes) j'avais conscience des enjeux locaux. A Paris, il faut se créer un réseau et comprendre le système parlementaire, comment on construit des lois. Il faut expliquer la vie pour adapter la loi à la réalité de notre territoire. Bien sûr en tant que suppléant, je me suis appuyé sur le réseau de Carole Delga, ce qui m'a permis d'accéder rapidement aux ministères. Je n'ai été député que 14 mois mais j'ai pu mener des actions. Pour moi , le rôle législatif et le travail sur le terrain sont aussi importants, l'un dépend de l'autre. Il faut bien connaître le territoire pour amender la loi pour qu'elle corresponde aux attentes et aux besoins des habitants".

Député ex-abrupto, certes mais au terme d'un parcours qui s'est déroulé de quelle façon ?

Mon engagement politique est venu de mon retour au pays. Je fus d'abord éducateur spécialisé en Comminges puis après une période professionnelle à Bordeaux je suis revenu et j'ai obtenu un poste de directeur-adjoint à l'ASEI (Association de sauvegarde des enfants invalides ) à Aspet. Pour remercier le Comminges qui m'a donné du travail, j'ai décidé de m'investir d'abord associativement, président de l'office de tourisme cantonal d'Aspet puis conseiller municipal d'Encausse-les-Thermes où je suis né et dont je suis maire depuis 2008.

Le ministre de la Justice François Bayrou propose d'autoriser une activité professionnelle à mi-temps conjointement à celle de député. Qu'en pensez-vous ?  

C'est impossible, quand on veut être un bon député, on n'a plus de vie personnelle !  Je veux être un député à plein temps, moitié du temps à Paris, moitié de la semaine sur le terrain. Je ne serai plus maire ; pour les députés, ce n'est plus possible mais c'est très bien. Je ne suis pas favorable au cumul des mandats. Par contre, je resterai conseiller municipal. Il faut être élu local pour connaître et comprendre les besoins et à partir de là, les défendre à Paris avec des arguments convaincants. Nous sommes des députés du monde rural et il faut vivre près de nos électeurs pour mieux les comprendre. Si parfois on se moque des coupeurs de rubans, il faut savoir que quand il y a des rubans, il y a des habitants. Quand on inaugure une école, on rencontre les parents, les enfants et les enseignants, quand on inaugure une foire agricole, on rencontre les agriculteurs, etc... Mais il faut s'éloigner du ruban pour rencontrer les gens et discuter avec eux, écouter leurs doléances et leurs suggestions.

Vous céderezz votre place de maire à un dauphin ?

Pas du tout ! Le conseil municipal est souverain et élira un autre maire .

Vous vous présentez avec une étiquette PS, dans le contexte actuel, n'est-ce pas un handicap ?

Non ! Je pars du bilan : nous avons rapporté 30 millions d'euros pour l'hôpital de Saint-Gaudens et ceux de Luchon ( 3 millions ). Sarkozy voulait un seul hôpital par département. En Haute-Garonne, c'est absolument impensable. Nous avons maintenu le commissariat menacé de fermeture , nous avons fait ré-ouvrir le tribunal. C'est important car ce n'est pas seulement le lieu de grands procès mais comment pouvait-on imaginer qu'une femme seule, en difficulté morale et financière allait prendre le train pour réclamer sa pension alimentaire ?

Je suis socialiste et je le reste, mais je ne refuse pas de travailler avec des gens différents, je suis maire avec un conseil municipal où sont représentées toutes les tendances, sauf les extrémistes, et c'est très porteur. De la discussion jaillit la lumière.

Vous ne serez donc pas un opposant systématique à la politique du président Macron ?

J'ai des valeurs de solidarité et de justice sociale et je ne les renie pas. Si je suis d'accord avec toutes les mesures pour faire baisser le chômage et développer la croissance que le précédent gouvernement a déjà relancé, je suis absolument contre les mesures contraires à l'avenir du Comminges et du Savès.

Comment songer à supprimer les départements qui financent les routes et les investissements des communes ?

Je suis contre la baisse des dotations aux communes surtout les petites.

Le programme d'Emmanuel Macron c'est un programme pour les villes et les métropoles. Ma circonscription est essentiellement rurale, même plus proches de Toulouse, Rieumes et Lisle-en-Dodon ont un caractère très rural. Les secteurs les plus urbanisés ce sont Saint-Gaudens et Cazères.

Je ne suis pas d'accord non plus sur la modification du Code du Travail par ordonnances. Ces décisions doivent relever d'un débat à l'Assemblée.

Je ne voterai pas non plus les mesures contraires au développement de notre territoire. Je suis contre le regroupement des communes, contre le regroupement des écoles, je souhaite une représentation collective des salariés.

Je ne veux pas être sectaire ni dogmatique mais il faut bien admettre qu'il sera difficile à un candidat choisi par Emmanuel Macron de défendre les véritables intérêts de notre territoire.

Quand on est dans un parti du gouvernement, on a plus de mal à s'opposer.

Le thermalisme, le tourisme , comment concevez-vous leur développement ?

Avec une sécurité sociale performante, la politique publique est tournée plus vers le soin que vers la prévention. Il faut démontrer que le thermalisme permet d'anticiper des maladies plus graves, de prévenir la dégradation de la santé et je serai un fervent défenseur de ce volet économique.

Petite parenthèse, que pensez-vous du projet luchonnais d'amputer l'établissement thermal pour y installer un Casino ?

C'est une affaire locale, il faut que ce soient les Luchonnais qui décident et l'instance représentative de la population, c'est le conseil municipal. C'est l'organe décisionnel.

Le député ne peut pas intervenir, par contre, au moment d'étudier les dossiers de demande d'aides financières de l'Etat, le député doit vérifier que le projet est solide et sera pérenne.

Quel que soit le projet, à Luchon ou ailleurs, le député ne peut pas cautionner et valider un dossier bancal. On ne distribue pas l'argent de l'Etat imprudemment.

Président d'un Office de Tourisme, vous devez être particulièrement sensible à l'offre touristique, quelle est votre conception ?

Il faut absolument organiser l'offre touristique. Il n'y a pas que le thermalisme et le ski. Nous avons un potentiel patrimonial exceptionnel à exploiter, je pourrais vous citer des quantités d'exemples qui ne sont pas valorisés, en matière d'hébergement, la formule des chambres d'hôtes est sous-estimée.

Les grands sites sont des portes d'entrée, des produits d'appel mais tout autour il y a un fourmillement de trésors et il est urgent de les dévoiler et de les promouvoir. La diversité ne peut qu'être attractive.

On ne peut pas évoquer  cette campagne sans parler du train, de la ligne Montréjeau-Luchon.

Je suis favorable au rétablissement de cette ligne et je suis confiant car la Région s'investit. L' électrification n'est pas encore actée mais la technique évolue, il y a émergence d'autres sources d'énergie (comme l'hydrogène) qui pourrait être une alternative au diésel et à l'électrique. Il faut obtenir aussi le retour du train de nuit, la ligne de nuit Paris Orléans-Limoges-Toulouse a été sauvée, nous devons y accrocher les wagons pour Luchon, au figuré comme au propre, ne serait-ce qu'à partir de Toulouse.

Votre circonscription est très vaste, comment conciliez-vous les différences et l'éloignement ?

J'ai déjà évoqué l'aspect essentiellement rural en dehors de Saint-Gaudens et Cazères. L'abandon des territoires ruraux est le leitmotif de l'extrême-droite, il faut donc se rapprocher. J'aurais des permanences ailleurs qu'à Saint-Gaudens, j'irai à Luchon et en Savès. Il faut être accessible, au marché comme dans les rues ou dans les manifestations.

Et si nous parlions de votre suppléante qui ne figure pas sur vos affiches ? Qu'est-ce qui a motivé votre choix ?

Ma suppléante, c'est Marie-Claire Uchan, maire de saint Bertrand de Comminges. Je l'ai choisie pour son dynamisme et pour son appartenance au milieu agricole. Il est important de prendre en compte les agriculteurs dans cette circonscription. Elle est ingénieur agricole et directrice de la filière du porc noir de Bigorre. Je le répète, l'agriculture a toujours été oubliée en Comminges. Marie-Claire Uchan apportera beaucoup dans ce domaine. Un suppléant n'existe que si le titulaire le/la fait exister. Et je compte bien offrir un rôle important à Marie-Claire pour faire remonter l'info agricole.

Pourquoi ne figure-te-elle pas sur mes affiches ? (elle existe dans mes autres documents). Parce qu'on élit un titulaire. Quant au bandeau mentionnant Carole Delga, c'est pour montrer que le bilan des cinq années précédentes est aussi son bilan.

Je vais vous raconter une anecdote : il est de plus ou moins bonne guerre de recouvrir les affiches des adversaires, eh ! Bien sachez que d'autres candidats s'appliquent à bien recouvrir mon portrait mais laissent apparaître le bandeau mentionnant Carole Delga afin de laisser planer le doute sur le soutien en leur faveur de Carole Delga en tant que présidente de Région ! Cela prouve que Carole Delga est un label de qualité convoité !

Etes-vous optimiste sur votre retour à l'Assemblée ?

Une élection n'est jamais gagnée d'avance, elle n'est gagnée que le soir de l'élection. Je travaille à fond pour gagner. Je rencontre tout le monde, je ne me contente pas d'aller voir les élus, la vie de la circonscription ce sont les entreprises, les associations, les commerçants, les agriculteur, les retraités et les gens sans emplois comme les actifs.

Dans le Comminges, on ne s'est jamais occupé de l'agriculture alors que c'est fondamental. Je ne reviendrai pas sur le choix de ma suppléante mais avec son appui, le monde agricole sera présent dans mes préoccupations.

Pour conclure, un dernier message ?

Oui ! Votez pour la seule liste qui défend le territoire, qui s'appuie sur un bilan positif et qui développera l'économie en travaillant avec la Région.

Propos recueillis par Nadyne Vern-Frouillou
 
 

DROITS DE REPRODUCTION ET DE DIFFUSION RÉSERVÉS. COPYRIGHT LUCHON MAG





1.Posté par Bernard le 09/06/2017 10:46
déclaration Manuel Valls premier ministre d'un gouvernement auquel Mme Delga a fait allégeance :Source : discours de politique générale de Manuel Valls le 8 avril 2014.
Le Premier ministre a annoncé la possibilité aux régions de se mettre d'accord pour fusionner. En cas d'absence de propositions, le gouvernement inscrira dans la loi une nouvelle carte des régions établie pour le 1er janvier 2017. Les départements devront disparaitre à l'horizon 2021, après un "débat entre élus et citoyens", car "il est désormais temps de passer des intentions aux actes."
les mêmes aujourd'hui nous disent le contraire....
sur la fusion des communauté de communes honni par une majorité d'élus (socialistes et autres) on reste en l'état
sur la loi travail contestée par plus de 70% des français il applique et ne dit rien
sur la loi Rabsamen qui mélange CHSCT, CE et DP en rabotant les délégation : rien

2.Posté par eLecteur le 10/06/2017 09:57
Si, il y en a qui croient encore, au coup de baguette magique de, "Haripoteur" !!! ;-)

Nouveau commentaire :

Politique | Clin d'oeil | Solidarité | Arrêt sur image | Murmures sur les allées | Gastronomie | Education nationale | Commerce | Annonce | Ephéméride | Animaux | L'Evènement | Coup de pouce