luchonmag
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Joël Aviragnet, député PS du Comminges, ne s'abstient pas et vote la défiance au gouvernement.

Le député nouvellement élu de la 8ème circonscription de la Haute-Garonne fait partie des 67 parlementaires qui, mardi 4 juillet, n'ont pas voté la confiance au gouvernement d'Edouard Philippe. Pour rappel, 370 députés ont voté cette confiance et 129 se sont abstenus.



Mercredi 5 Juillet 2017
Par la rédaction


Joël Aviragnet, député PS du Comminges, ne s'abstient pas et vote la défiance au gouvernement.

Le député Joël Aviragnet (Photo © Paul Tian)
Le député Joël Aviragnet (Photo © Paul Tian)
Joël Aviragnet, député PS du Comminges-Savès, n'a pas voté, mardi 4 juillet, la confiance au gouvernement d'Edouard Philippe. Sur sa page Facebook, il explique ses raisons. Les voici :

Lors de la déclaration de politique générale du Gouvernement, le Premier ministre, Edouard Philippe, a présenté les grandes lignes politiques du quinquennat qui s'ouvre.

"A cette occasion, le Premier ministre a annoncé une augmentation de la Contribution Sociale Généralisée (CSG) qui pénalisera les retraités, en particulier ceux qui sont les plus fragiles. En même temps, il a confirmé sa décision de supprimer l'Impôt sur la Fortune (ISF) qui concerne nos concitoyens les plus aisés. Cette annonce, porteuse d'inégalités et d'une grande injustice me paraît inacceptable.

"Le Premier ministre a aussi repoussé à 2022 la réforme de la taxe d'habitation alors qu'il s'agissait d'un engagement essentiel du Président de la République visant à mettre fin aux injustices fiscales et territoriales.

"En outre, la transformation proclamée des services publics, en services publics dématérialisés me paraît moribonde : le numérique n'a pas vocation à remplacer l'humain.

"Aussi, la fusion des collectivités territoriales annoncée par le Premier ministre est une fausse bonne idée car elle va se traduire par une baisse des dotations aux collectivités et, par voie de conséquence, aux services publics, aux associations, à la solidarité, et au développement des territoires ruraux.

"Enfin, le regroupement des départements envisagé par le Premier ministre et la promotion des communes nouvelles issues de la fusion des villages laisse présager une disparition des services publics de proximité alors que nos territoires ruraux souffrent déjà d'une perte de vitalité au profit des grandes métropoles.

"Pour les raisons que je viens d'évoquer, j'ai décidé de voter la défiance au Gouvernement d'Edouard Philippe. Je n'ignore pas que le groupe Nouvelle Gauche dans lequel je siège à l'Assemblée nationale avec mes camarades socialistes a décidé de s'abstenir.

"Cependant, malgré mon souhait de respecter la discipline collective, je considère que ce vote est trop important pour s'abstenir.
"Par conséquent, j'ai décidé de suivre mes convictions et de respecter la volonté des électeurs de gauche qui m'ont porté à l'Assemblée nationale afin de les défendre et de lutter contre les inégalités et les injustices sociales."

Extraits les plus marquants du discours de politique générale du Premier ministre

(Photo : capture écran Gouv.fr)
(Photo : capture écran Gouv.fr)
Après le président de la République Emmanuel Macron lundi devant le Congrès réuni à Versailles, son Premier ministre Edouard Philippe a pris la parole  mardi 4 juillet au Palais Bourbon pour le traditionnel discours de politique générale.
 
Le premier ministre a débuté son discours par un hommage à Simone Veil, décédée la semaine dernière. Il s'est ensuite réjouit de la composition de l'Assemblée nationale, "rajeunie, féminisée et largement renouvelée. Une assemblée qui porte l'héritage républicain", selon lui, avant de tenter de séduire les députés par un discours offensif.

Les extraits les plus marquants  du discours du Premier ministre

C’est l’une des grandes annonces de son discours de politique générale.
Edouard Philippe a affirmé que les prélèvements obligatoires baisseraient de 20 milliards d'euros d'ici 2022.

Le Premier ministre s'engage à "faire baisser la pression fiscale d'un point de PIB en cinq ans... La France ne peut demeurer la championne des impôts et des dépenses publiques". 

"Baisse des charges" sur les bas salaires et un resserrement de l'ISF 

"Les entreprises doivent retrouver l'envie de s'installer" et Édouard Philippe annoncera dans les semaines à venir "des mesures fortes pour améliorer l'attractivité de la place de Paris". Le premier ministre annonce une baisse des "charges qui pèsent sur le coût du travail, en particulier sur les salaires proches du Smic".  

Confirmation que le RSI sera supprimé "dès 2018" et adossé au régime général.

"L'ISF sera resserré autour du seul patrimoine immobilier afin d'encourager l'investissement dans l'entreprise. La réforme sera "votée dès cette année et entrera en vigueur dès 2019", programme-t-il. Par ailleurs, un "taux de prélèvement unique" sera mis en place sur les revenus de l'épargne, à hauteur de 30%. 

Édouard Philippe annonce que les états généraux de l'alimentation "reverront le partage de la valeur dans le modèle agricole". "Il n'est pas admissible que des agriculteurs vivent sous le seuil de pauvreté".

Concertation pour la réforme de la taxe d'habitation 

Le chef du gouvernement évoque ensuite son désir d'affermir le lien entre l'État et les territoires. Il entend encourager les "libertés locales" et rendre plus simple le "regroupement de départements et la création de communes nouvelles". "Osons les libertés locales".

Puis le chef du gouvernement évoque une future concertation sur la réforme de la taxe d'habitation voulue par le président Emmanuel Macron, afin "d'améliorer le dispositif pour les collectivités et redonner du pouvoir d'achat aux citoyens".  

Promesse de "rénover le modèle social" et d'augmenter la prime d'activité 

"Nous voulons rénover notre modèle social : pour qu'il accompagne celui qui veut prendre un risque, au lieu qu'il accompagne celui qui est déjà installé" afin de "redonner du pouvoir d'achat aux actifs", "sécuriser les parcours professionnels" et  "rendre notre système de retraites plus juste et plus lisible".
La prime d'activité sera augmentée "car le message est clair : le travail doit payer". 

Terrorisme : "Il y aura d'autres attaques" 

Fin prochaine programmée de l'état d'urgence mais le Premier ministre reste très pessimiste:

"Il y aura d'autres attaques, d'autres drames, d'autres victimes fauchées" mais "nous ne baisserons pas la garde. Nous lutterons contre le terrorisme avec la plus extrême dureté." L'état d'urgence ne saurait toutefois être "permanent" et sa sortie se fera "au plus tard le 1er novembre prochain".
 
 15.000 places de prison en plus

Le premier ministre va lancer une loi quinquennale de programmation des moyens de la Justice "dès 2018".

"Cette loi permettra à la Garde des sceaux d'engager un vaste mouvement de dématérialisation, de simplification et de réorganisation... Si elle est lente, lointaine ou inégalitaire, la confiance se trouve fragilisée".

Le chef du gouvernement évoque également la création de 15.000 places de prison supplémentaires, "Parce que ne pas pouvoir incarcérer ceux qui doivent l’être est inadmissible. Parce qu’il nous faut traiter dignement les détenus." 

Rétablir la confiance entre élus et citoyens 

"Il faut encore agir. Il y a à l’évidence des pratiques qui ont longtemps été tolérées mais que le peuple français n’accepte plus." 

Des mesures améliorant les congés maternité et la garde d'enfants 

La ministre de la Santé et des Solidarités présentera prochainement "des mesures améliorant les congés maternité et les solutions de garde d'enfants", pour que les familles ne soient pas considérées comme "de simples variables d'ajustement".  

Des paquets de cigarettes à 10€ 

Le premier ministre a consacré une partie de son discours à sa politique de santé. "La Sécurité sociale est le patrimoine de ceux qui n'en ont pas", mais dans ce cas, "traitons-la comme un patrimoine". "L'an prochain, les vaccins de la petite enfance unanimement recommandés par les autorités de santé deviendront obligatoires".

Sur le tabac, "ne rien faire est exclu. Nous porterons progressivement le prix du paquet de cigarettes à 10 euros". Le projet suscite moins d’enthousiasme dans les rangs de l’Assemblée.  

Vers le retour de la police de proximité ? 

Le premier ministre entend, dès le printemps 2018, recréer une "police de sécurité au quotidien", condition pour "rétablir la confiance". Une impression de déjà-vu avec la "police de proximité" créée sous le gouvernement Jospin en 1998 et supprimée en partie en 2003 par le ministre de l'intérieur Nicolas Sarkozy. Des précisions sur cette police seront dévoilées dans les mois qui viennent. 

Crise migratoire : du concret "la semaine prochaine 

En ce qui concerne le "défi migratoire", le gouvernement présentera "la semaine prochaine" des mesures pour réformer le système de l'asile et lutter contre l'immigration irrégulière, avec une "exigence de dignité" pour que "la France honore sa tradition d'accueil des réfugiés". 

Par la rédaction
Par la rédaction


1.Posté par Luchon31 le 05/07/2017 13:00
Pauvre Comminges......rien à dire de plus......

Adishatz les roses 6.75 au niveau national....

2.Posté par MDR le 05/07/2017 14:18
Macron va avoir peur! :-) :-) :-)

3.Posté par Contribuable du 31 le 05/07/2017 14:20
Il nous coûte cher son vote...

4.Posté par Bultinblan le 05/07/2017 20:20
Tu parles du boulot d'un député!
Après un tel effort, cela mérite des vacances...

5.Posté par CANCEL le 06/07/2017 08:51
Bonjour,
La critique doit être constructive, c'est bien qu'il s'explique, on verra plus tard . . .
Cordialement, Cancel.

6.Posté par saltimbank31 le 06/07/2017 15:34
ainsi la fusion des collectivités territoriales serait une fausse bonne idée ...
Qui en est à l'origine déjà ?
Il me ferait presque mourir de rire ce monsieur qui au mois d'octobre répondait à une dame qui l'interpellait sur le sujet " on s'en fout de ça c'est pas important " !!!

Nouveau commentaire :

Politique | Clin d'oeil | Solidarité | Arrêt sur image | Murmures sur les allées | Gastronomie | Education nationale | Commerce | Annonce | Ephéméride | Animaux | L'Evènement | Coup de pouce