luchonmag
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Législatives : pas de candidat "En Marche" en Comminges ?

Coup de théâtre, jeudi après-midi, en découvrant qu'aucun candidat n'avait été investi par le mouvement d'Emmanuel Macron, la République En Marche, dans la 8ème circonscription de la Haute-Garonne, le "fief" de Carole Delga, présidente de la Région Occitanie. Il reste une toute petite semaine pour qu'un candidat En Marche le soit...



Vendredi 12 Mai 2017
Paul Tian


Le luchonnais Michel Montsarrat et des membres du mouvement "En Marche" sur le marché de Luchon (Photo DR)
Le luchonnais Michel Montsarrat et des membres du mouvement "En Marche" sur le marché de Luchon (Photo DR)
Jeudi, la République En Marche (REM) a présenté la liste des 428 candidats investis par le mouvement pour les législatives des 11 et 18 juin. Une centaine de candidats supplémentaires devraient être investis d’ici mercredi prochain.

Pour la Haute-Garonne, deux circonscriptions (la 5ème et la 8ème) n’ont (pour le moment) aucun candidat En Marche (lire ici).

Si la non-investiture d’un candidat "macroniste" dans la 8ème circonscription, celle du Comminges/Savès, devait se confirmer la semaine prochaine, les observateurs politiques ne manqueraient pas d’y voir un certain "arrangement" à l’ancienne…

La 8e circonscription est celle de la socialiste Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, qui, pour cause de cumul de mandat, ne se représente pas. C’est son suppléant, Joël Aviragnet, qui a été choisi par les militants socialistes pour lui succéder.

Et au vu des résultats de l’élection présidentielle (lire ici) le candidat Aviragnet ne semble pas en position favorable pour succéder à la présidente Delga…

A moins que…

Et c’est là qu’intervient la non-investiture d’un candidat En Marche dans une circonscription qui a voté à plus de 70% pour Emmanuel Macron, au soir du second tour de la présidentielle.

Pas de candidat En Marche en Comminges/Savès, et voilà l’horizon politique qui s’éclaircit pour le "poulain" de la présidente de la Région Occitanie.

D’autant plus que la gauche va être multiple dans cette circonscription avec une candidate PCF (Corinne Marquerie), un candidat de la France Insoumise (Philippe Gimenez), une candidate écologiste (Sophie Handschutter) et le candidat PS (Joël Aviragnet).

Face à ces quatre candidats, la droite et le centre présente l’UDI Jean-Luc Rivière et le Front national, Marie-Christine Parolin.

Quelles pourraient être les raisons de la non-investiture d’un candidat En Marche en Comminges/Savès ?

On imagine bien que dans l’Etat-major de La République En Marche, on a envisagé la défaite possible du candidat PS dans le fief de la présidente de la région Occitanie en cas d’investiture d’un candidat En Marche. L’une des plus grandes régions de France et des plus dynamiques économiquement.

Sans oublier que Carole Delga a été secrétaire d’Etat… d’Emmanuel Macron, ministre de l’Economie.

"C'est un homme très intelligent, très agréable dans les qualités relationnelles, c'est un homme qui connaît très bien le secteur des grandes entreprises mais je pense qu'il a besoin d'avoir des députés qui sauront lui expliquer les réalités des plus petites entreprises, de l'artisanat, parce que  l'ubérisation n'est pas une bonne chose, il faut lui expliquer la réalité des entreprises de 10 ou de 20 salariés, lui rappeler aussi la nécessité des investissements de transport particulièrement dans le cadre des trains et je pense que nous pouvons mener un partenariat constructif entre élus de gauche et son gouvernement" précise Carole Delga dans un entretien accordé à "Luchon Mag" (lire ici).

Déception... et attente

Du côté des "marcheurs" Commingeois on imagine bien la déception de voir leur combat nouveau pour changer la façon de pratiquer la politique se heurter… à une certaine bienveillance pour le candidat investi par le parti socialiste…

Une dizaine de Commingeois (tous issus de la société civile) avaient envoyé leur candidature pour la 8ème circonscription, dont le luchonnais Michel Montsarrat, vice-président de l’UMIH 31, ancien champion de France de Rugby et propriétaire des Galeries Gourmandes à Luchon (lire ici).

Pour ces candidats putatifs à l’investiture, la semaine qui arrive risque d’être bien longue avec certainement l’espoir qu’un nom sortira, mercredi prochain, du chapeau de Richard Ferrand, secrétaire général de la République En Marche.

 Un "heureux" ?

Dans la "Dépêche" le candidat socialiste Joël Aviragnet ne semble pas étonné de cette non-investiture En Marche : "Je savais que cela pouvait se faire…" tout en précisant qu'il n'y a "aucun accord" entre le PS et la REM sur la 8ème circonscription.

Le FN en embuscade

Lors du second tour de la présidentielle, Marine Le Pen, candidate de l'extrême-droite a réalisé en Comminges son plus gros score en Haute-Garonne, avec 38,69% des suffrages exprimés.

Sans perdre de vue qu'au soir du 1er tour, le FN était arrivé en tête dans cette 8ème circonscription.

Un ancrage Commingeois du Front national, au fil des élections, sur lequel les autres candidats  devront obligatoirement tenir compte lors des prochaines législatives.
 

(Photo @En Marche)
(Photo @En Marche)

Paul Tian
Paul Tian


1.Posté par chabeli31 le 12/05/2017 14:48
C'est pour garder de bonnes relations avec M. Macron qu'elle oeuvre pour éviter un candidat "En marche" ?
S'ils cèdent cela montrera que rien n'a changé au pays du renouvellement de la vie politique.

Nouveau commentaire :

Politique | Clin d'oeil | Solidarité | Arrêt sur image | Murmures sur les allées | Gastronomie | Education nationale | Commerce | Annonce | Ephéméride | Animaux | L'Evènement | Coup de pouce