luchonmag
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Ligne SNCF Montréjeau-Luchon : Carole Delga confirme la réouverture à l'horizon 2021

La présidente de la Région Occitanie, et actuelle députée du Comminges/Savès, tenait une réunion publique, vendredi après-midi à Luchon. L'occasion pour Carole Delga de confirmer à l'assistance la réouverture à l'horizon 2021 de la ligne SNCF Montréjeau/Luchon, en mode Diesel. Une ligne suspendue depuis novembre 2014.



Samedi 13 Mai 2017
Paul Tian


(Photo Facebook @Carole Delga)
(Photo Facebook @Carole Delga)
Vendredi après-midi, Carole Delga, présidente de la Région Occitanie a tenu une réunion publique, salle Henry Pac, sur l’avenir de la ligne SNCF Montréjeau-Luchon, en présence de Patrice Rival, conseiller départemental de Bagnères-de-Luchon, de Joël Gros, 1er vice-président de la communauté de communes des Pyrénées Haut-Garonnaises, de Louis Ferré, maire de Luchon et d'un représentant de SNCF Réseau. 

Devant une nombreuse assistance (près de 200 personnes), l’actuelle députée du Comminges a pu confirmer que les gares de Luchon et Montréjeau accueilleront de nouveau des trains à l’horizon 2021.

"La Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée est particulièrement investie dans la construction d'un nouvel avenir pour la ligne ferroviaire Montréjeau-Luchon. Les citoyens nous avaient clairement saisis sur ce dossier, lors des Etats généraux du rail et de l'inter-modalité que nous avons conduits au printemps 2016. C'est pourquoi j'ai demandé à l'État, et j'ai obtenu début 2017, l'inscription au Contrat de Plan Etat / Région d'une enveloppe de 36 M€ destinée au renouvellement de la voie. Cette ligne devrait être la première à rouvrir dans notre région" a rappelé Carole Delga.

La présidente a tenu à préciser à l’assistance luchonnaise que l’Occitanie était "la première région à investir autant sur le rail, avec un montant d’investissement d’1,5 milliards d’euros sur les cinq années à venir".

Pour Carole Delga, la réouverture de la ligne Luchon/Montréjeau a été prise à l’issue des Etats Généraux du Rail qui se sont déroulés en 2016 (lire ici) avec pour la Région la volonté d’inclure le transport public ferroviaire dans une politique d’aménagement du territoire.

Une Région Occitanie qui est la seule en France à procéder à la réouverture des lignes de chemin de fer. Sur les 15 prochaines années, six lignes devraient ré-ouvrir, la première étant celle de Montréjeau/Luchon.

Lors de l’étude menée par le cabinet EGIS, trois scénarios ont été envisagées : la fin du train avec la dépose totale de la ligne pour un coût de 12 millions d’euros, l’électrification de la ligne pour 56 M€ et une ligne Diesel pour 36 M€.

C’est le mode diesel qui a eu la préférence pour des raisons budgétaires. Sur les 36 millions d'euros de la remise en service de la ligne, la Région Occitanie prendra en charge 26 M€, "un bel effort financier" précise Carole Delga, l'Etat et la SNCF, finançant les 10 M€ restants. 

Les travaux devraient débuter dans le courant de l'année 2019 pour s'achever fin 2020, avec une ouverture programmée début 2021.

Les études préliminaires, d'un coût de 360.000 euros financé par la Région, sont actuellement en cours et se poursuivront jusqu'en 2018.

Il a été annoncé, vendredi après-midi, qu’il y aurait chaque jour cinq aller-retour en train et sept aller-retour en car, dont une liaison entre Saint-Béat et le Val d’Aran (lire ici). Le temps de transport en train entre Luchon et Montréjeau est estimé par la SNCF à 35 minutes.  Trois haltes seront desservies entre Montréjeau et Luchon.

Bi-modal

Les trains qui rouleront sur la ligne Montréjeau-Luchon, début 2021, seront en mode bi-modal, soit ils circuleront en énergie électrique soit en énergie thermique. Entre Toulouse et Montréjeau, ce sera en mode électrique et de Montréjeau à Luchon, en mode diesel. 

Une "bi-modalité" qui est contestée fermement par la Coordination pour la défense du rail et de l'inter-modalité en Comminges/Barousse (CDRIC).




 

(Photo Facebook @Carole Delga)
(Photo Facebook @Carole Delga)

Paul Tian
Paul Tian


1.Posté par Le voyageur le 13/05/2017 08:36
Plus de monde aux réunions que d'usagers du train. Combien l'utilisait quand la ligne fonctionnait ?

2.Posté par Picsou 31 le 13/05/2017 13:12
Après tout, il n'on qu'à faire une rame qui abriterai la nouvelle Communauté de Commune. Pourvu qu'il y ait un bon resto pas loin des Gares de Luchon-Marignac et Gourdan-Polignan cela peut faire... ;-)
Idéal pour transporter tout ces indemnisés, sur leur nouveau territoire ;-)

3.Posté par Micheline le 13/05/2017 15:53
Comme par hasard, l'annonce fait maintenant...
D'ici que cela se fasse, la nature aura depuis longtemps effacé la ligne.
Les charlatans peuvent venir prospecter dans le Sud Commingeois. Ils n'auront pas de mal à trouver des pigeons...

4.Posté par olivier D. le 13/05/2017 19:14
Réponse à MMe Delga qui a essayé de noyer le poisson dans la pique.

Concernant la ticpe dite "grenelle "
30 millions d'euros en 2015 pour la région midi pyrénées
59,7 millions d'euros en 2016 pour la nouvelle région Occitanie.

Cette ressource est annuelle et devrait servir en premier lieu le maintenance , la régénération des lignes déjà existantes ou fermée.
je vous invite à lire le rapport du sénat "Infrastructures de transport : sélectionner rigoureusement, financer durablement".

LEs article 11 et 12 de loi de grenelle de 2009 prévoit aussi le financement par la TICPE dite grenelle des réseaux ferroviaires secondaires, régénération des lignes existantes et ou réouverture de ligne pour désenclaver des territoires. (voir aussi le fluvial )

Ainsi nous répondons depuis 2009 à ces critères.

En 2011 , une étude faite par le cabinet Systra a été réalisée et avait fait des propositions ( un peu identiques à celles de l'étude Egis de 2016.
Le rapport de cette étude est resté dans un tiroir , les élus de la région ( Malvy ) , les députés ou sénatueurs locaux ont abandonnés cette volonté de régénérer rapidement la ligne.
En 2015-2016 une étude est commandée par la secrétaire d'Etat afin de savoir si cette ligne pouvait être rentable et pour connaître l'impact sur l'économie locale.
Aprés plusieurs réunions , l'étude Egis a partiellement remis ces conclusions dont les 3 scénariis presque identiques à ceux de 2011.
Et encore , notre ligne répondait aux critéres de la TICPE dite grenelle.

Déjà 6 ans écoulées, de l'argent public dépensé pour deux études.

Hier à la réunion , le bilan global de l'étude Egis , qui s'était éternisée entre février 2015 et octobre 2016 , n' a pas été révélé.
Le point d'appui était plutôt les Etats généraux du rail qui ont permis de déclencher sous la pression citoyennes et d'une trentaines de délibération le feu vert pour que la région sous gouvernance Delga participe au financement de la rénovation de la ligne.

En 2015 , des amendements proposés par le groupe EELV et soutenus par le Front de Gauche en faveur d'un financement important ( 54 millions ) a été rejeté en bloc par la sociale démocratie de MAlvy et la droite. Même pas un compromis sur une réduction de ce financement.
Rien rejet en bloc
Encore du temps perdu !

Mais revenons à cette TICPE dite grenelle , pour quels projets soutenables et intégrant les critéres du grenelle ont été utilisé ces sommes de 30 millions d'euros / an et 59,7 millions d'euros ? cet argent n'a t il pas eu une autre vocation que régénérer des lignes, investir dans la maintenance de ce réseau usé ?

Certes la région va investir massivement dans la ligne Luchon Montréjeau, elle se substitue encore une fois à l'Etat , à son désengagement voulu par le gouvernement Hollande dont MMe Delga a fait partie.
La région colmate les erreurs faites par les parlementaires ( députés et sénateurs ) dons MMe Delga et M. Aviragnet ont participé.

LA réforme ferroviaire de 2014 n'a malheureusement pas endiguer la dette de plus de 40 milliards d'euros , dette publique liée surtout aux choix stratégiques de l'Etat dans le tout TGV., et la régle d'or issu de cette réforme ferroviaire empêchera la SNCF d'investir dans le réseau secondaire en état calamiteux.

A une information erronée donnée par Mme Delga, certes votre majorité est très volontariste dans le ferroviaire et doit permettre la réouverture de 6 lignes.
Mais vous n'êtes pas la seule région , il y a la nouvelle aquitaine qui a réouverture Oleron Bedous en 2016.

L'urgence ferroviaire doit d'aborder passer par les trains du quotidien , les trains de nuit , la rénovation et la régénération du grand maillage ferroviaire abandonné ( 7 500 km ).

Les LGV ne sont pas une urgence.

La ticpe dite grenelle doit donc être utilisée pour toutes les lignes qui sont dans le même cas que la notre.
La vitesse est l'alliée du capitalisme et du productivisme !
Un ou une député(e) doit siéger à l'assemblée et rendre des comptes !

5.Posté par CANCEL le 13/05/2017 20:49
Bonjour ,
Il y a des gens qui croient encore aux promesses électorales ?
Pour ma part je n'y crois plus, le train si on le veut il faudra le mettre nous même en place .
Il y a en France plusieurs lignes de chemin de fer qui sont géré par des associations et qui gagne de l'argent.
A bon entendeur salut à tous.
Cordialement, Cancel

6.Posté par Patoche 1231 le 15/05/2017 11:11
Bonjour,

La réouverture de la ligne Montréjeau/Luchon est elle bien nécessaire? Le projet a t il été bien étudié sur le plan économique? L'investissement colossal annoncé sera t il remboursé par les usagés ou bien une fois de plus le contribuable devra mettre la main au portefeuille? Une fois en service, la ligne sera t elle rentable ou c'est le contribuable qui devra encore payer les coûts de fonctionnement? Pourquoi le contribuable n'est pas consulté pour ce genre de dépense démentielle?
Permettez-moi de poser toutes ces questions car l'exemple du tunnel de St BEAT et du pont d'ARLOS démontre la capacité que nous avons dans notre région à dilapider l'argent public pour des infrastructures qui ne fonctionneront pas. Pourrons-nous, un jour, voir une route entre ces deux œuvres d'arts? Avant de dépenser tout cet argent sur un projet arbitraire ne serait il pas préférable de terminer ce chantier? Il reste encore beaucoup d'argent à dépenser pour panser les plaies de l'inondation à St Béat.
Des exemples, dans des vallées voisines démontrent que ces investissements colossaux sont des fiascos économiques à la charge du contribuable.
La suppression d'une ligne pyrénéenne, n'empêche pas cette même vallée de prospérer. (Vallée des Gaves)
J'espère que ce message fera réfléchir, il est normal que les Luchonnais cherchent à dynamiser le tourisme à Luchon, mais c'est aussi l'argent de tous les Occitans que nos élus dépensent.
J'espère bien sur que ce message interpellera nos élus régionaux.
Cordialement
Patoche1231

Nouveau commentaire :

Politique | Clin d'oeil | Solidarité | Arrêt sur image | Murmures sur les allées | Gastronomie | Education nationale | Commerce | Annonce | Ephéméride | Animaux | L'Evènement | Coup de pouce