luchonmag
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Luchon, prochaine reine de "la petite reine "? Rencontre avec Christian Lafont de "Luchon Cycling"

Le luchonnais Christian Lafont a ouvert sa boutique "Luchon Cycling" en avril 2016. Mais au-delà d'un magasin consacré à sa passion (le vélo) c'est un concept novateur qu'il met en place au service des cyclistes...



Lundi 10 Juillet 2017


Christian Lafont (Photo © Domy)
Christian Lafont (Photo © Domy)
Si les gens ne peuvent plus venir à Luchon par le train, on voit de plus en plus de cyclistes attirés par la notoriété acquise grâce au passage récurrent du Tour de France à Luchon que certains cependant décrient avec virulence car il n'y a pas hélas ! Que des aspects positifs.

Quoi qu'il en soit, c'est fort de constater essentiellement les retombées économiques indirectes que Christian Lafont, retraité de la fonction publique, a ouvert boutique, Luchon Cycling, en avril 2016 en incluant une foule de projets dont la réalisation de certains est déjà en cours.
Ainsi le 12 juillet est prévue l'inauguration d'un système de chronométrage permanent, le premier du genre dans les Pyrénées dont Christian Lafont est l'initiateur et dont il nous révèle le fonctionnement et le mode d'emploi dans cet entretien
 
Christian Lafont est luchonnais "cap e tot". Il est très fier de dire qu'il a toujours vécu à Luchon même si par obligation sanitaire, il est né dans une maternité de Toulouse. 

"J'ai fait toute ma carrière professionnelle à la mairie où j'ai connu trois maires, Jean Peyrafitte, René Rettig et Louis Ferré, un fan de vélo, lui aussi. Nous roulons souvent ensemble..."
 
Comment passe-t-on des services de police municipale et du service de sécurité incendie assistance aux personnes (SSIAP) à la promotion commerciale du vélo ? Pouvez-vous expliquer aux lecteurs de "Luchon Mag", les raisons de votre nouvelle activité ?

J'aime Luchon , j'aime le vélo et tout ce qui est activité de montagne. Mon but est de développer l'usage du vélo au maximum sur Luchon et de faire connaître Luchon par le vélo.

Je pense aussi aux accompagnants des amateurs de vélo à qui on peut proposer d'autres activités disponibles sur le territoire. J'ai ouvert cet espace, commercial certes, mais je veux en faire un lieu convivial et aussi de services pour tous les passionnés de vélo ,locaux mais aussi touristes.

Il y a un engouement pour le cyclisme qui est en train de se développer et ça, sur toute la chaîne des Pyrénées, notamment avec une importante clientèle étrangère. Il existe des structures étrangères qui gèrent ce créneau et j'ai envie que, à Luchon, nous nous prenions en mains, nous n'attendions pas tout des "tours opérateurs", je veux que se crée sur place une offre attractive et bien structurée. Je n'invente rien, j'adapte, je personnalise au niveau luchonnais des actions qui fonctionnent très bien ailleurs mais pas dans les Pyrénées où pourtant il existe un potentiel incroyablement riche mais pas du tout exploité.

Avec le passage récurrent du Tour de France à Luchon qui doit être après Paris bien sûr et quelques autres grandes villes, la quatrième ou cinquième "petite"  ville qui a accueilli autant de fois des étapes de la grande boucle, Luchon a une histoire avec le Tour de France et il faut en profiter. Maintenant que Luchon est connu grâce au Tour de France et attire des gens qui ont envie de rouler (en vélo mais aussi en voiture) sur les routes mythiques empruntés par les coureurs, il faut réussir à fidéliser cette clientèle en lui apportant un service inattendu mais adapté. Inattendu ici, mais parfois pratiqué et très apprécié ailleurs. Je pense au tout-bête "café-vélo" que j'ai installé dans ma boutique et qui est monnaie courante, très appréciée, en Angleterre.
Il faut fidéliser en séjour, il faut que Luchon devienne la plaque tournante d'où les gens rayonneront. Pour cela il faut monter un produit attractif.

C'est pour ça que je pense aux activités annexes pour les accompagnants qui peuvent ne pas être systématiquement intéressés par le vélo.

Vous parlez de l'histoire de Luchon avec le tour de France, comment cela se concrétise-t-il ? Entre la subvention officiellement annoncée et les faux frais, c'est une très, très lourde dépense pour un ville d'accueillir le Tour. Est-ce vraiment un bon investissement ?

Le jour même ça ne rapporte rien à Luchon, côté coureurs et le staff d'accompagnement y compris toute la presse, parce qu'on n'a pas les moyens de les loger : ça représente  cinq mille personnes.
Je me souviens quand j'étais gamin, toutes les équipes dormaient au lycée et mangeaient au réfectoire et je me rappelle que j'avais servi l'équipe d'Eddy Merckx.

Tous les gamins nous étions très fiers. Maintenant ce n'est plus possible. ls se répartissent dans tous les environs. Parfois jusqu'à Toulouse. Par contre, l'économie luchonnaise profite du nombreux public du jour du Tour, qui consomme et même certaines personnes arrivent la veille et repartent le lendemain. Certains restent parfois quelques jours. Il faut ajouter à ces clients la venue de très nombreux cyclistes qui depuis le mois de mai et après jusqu'en octobre, viennent reconnaître les lieux.Le phénomène s'amplifie.Le tour de France est le troisième événement sportif mondial après les jeux olympiques et la coupe du monde de foot.

Existe-t-il un club cycliste à Luchon ?

Oui ! Mais il est plus orienté vers tout terrain que vers le vélo de route.

Pratiquement, comment concevez-vous votre concept "Luchon Cycling" ?

Ma devise, ma phrase d'appel c'est de dire "Apportez vos chaussures et je vous propose tout le reste !"

En arrivant à Luchon, les cyclistes peuvent trouver les vélos. Oui ! Ça peut paraître curieux de dire ça mais la clientèle étrangère, Canadiens, Américains, Australiens, Anglais, Allemands, Hollandais... ont diverses raisons de pas venir avec leur vélo : cela représente un coût bien supérieur à celui de louer sur place et surtout, ils veulent éviter le risque d'abîmer leur vélo dans l'avion.

Je veux mettre et je mets déjà les clients dans les mêmes conditions que les coureurs professionnels. J'assure même les transferts depuis les aéroports de Toulouse-Blagnac,
Tarbes, Pau ,Carcassonne, Barcelone.

Par exemple, la semaine dernière, je suis allé chercher six Canadiennes à Blagnac, en arrivant, elles ont récupéré "leurs" vélos (de location) et se sont installées dans leur hôtel. Je n'ai encore assuré aucun transfert depuis Paris et je ne propose pas un panel de prestations exhaustif mais je peux/je veux entendre toute demande, toute suggestion, toute exigence. Je ferai le nécessaire pour y répondre.Je pense être débrouillard et inventif !

Récemment, j'ai accompagné des cyclistes vers leur objectif mais ils ne voulaient pas revenir à vélo, j'ai donc assuré leur retour en véhicule.
Les agences étrangères font ce boulot, j'ai décidé de développer ce produit au pays que j'aime.

Au niveau des services magasins, à côté du "café-vélo", j'ai un service "espace douche". Quand on arrive en sueur, c'est bien agréable ! J'ai un rayon diététique, énergétique, un rayon textile avec des tenues pour cycliste mais avec une ligne "Luchon Cycling". Il y a aussi un rayon accessoires, petit dépannage, petit outillage, j'assure le gardiennage de vélo à l'année (entre deux séjours) et pendant le séjour et pas spécialement des vélos loués chez moi).

Comme de nombreuses résidences et hôtels proposent des casiers à skis ,il va falloir songer aux garages à vélos. Certains se sont déjà adaptés à cette demande nouvelle (hôtels Panoramic, d'Etigny, Majestic, Alti, Le Lutin, etc...)

La sensibilisation et la prise de conscience de ce nouveau phénomène avance et je crois qu'il y aura de plus en plus d'offres dans ce sens. !

En fait comme je suis pratiquant, je sais comment j'aimerais être accueilli ailleurs.  

Mais vous n'avez que deux bras et deux jambes et vous souhaitez aussi ne pas interrompre votre loisir personnel qui est de rouler et de continuer la compétition. Comment concilier tout cela ?

Cette année j'ai embauché une personne qui peut assurer la "garde" du magasin. J'ai beaucoup d'idées mais il faut rester dans l'ordre du raisonnable. Je me suis fixé trois ans pour pérenniser. J'ai commencé doucement l'an dernier, cette année, ça fonctionne bien, je suis donc plutôt optimiste.

Je suis conscient que mon âge est un handicap, à 65 ans, je mettrai en pédale douce ! Peut-être y aura-t-il des gens intéressés par la succession...

Il y a des loueurs de vélos sur Luchon mais je ne suis pas un concurrent, je veux bien être un précurseur et j'accepte d'être copié, je ne suis pas jaloux car, paraît-il, on ne copie que ce qui est bon ! Je pense plutôt à mutualiser l'existant, vélo et autres activités : plus l'offre sera importante, plus elle attirera de monde.

Le vélo de route est un sport saisonnier...

C'est une activité qui se pratique d'avril à mi-octobre. Le réchauffement actuel du climat est un atout qui permettra d'allonger la saison vélo, peut-être. Mais en début et fin de saison, je peux emmener les gens vers l'Espagne. Je vous l'ai dit, je suis ouvert à toutes les demandes. C'est aussi pour compenser que j'envisage de compléter les prestations avec des activités de montagne.

Jusqu'à quel âge peut-on pratiquer le vélo sportif ?

Il n'y a pas d'âge ! C'est une question physique et d'envie. Vous avez vu le centenaire qui réussit des exploits malgré son âge !
Champion cycliste à 105 ans ! Né le 26 novembre 1911, Robert Marchand, qui ne s'est acheté son premier vélo qu'à l'âge de 67 ans , a parcouru 22,547 kilomètres en une heure  au vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines le 30 décembre 2016.  "Ça va bien", a-t-il déclaré après 92 tours de piste... Sa physiologiste Véronique Billat explique et s'extasie : "Il possède un cœur de jeune homme, capable de battre à 140 coups par minute, alors qu'à son âge 115 est un maximum"
Pas de tour à Luchon cette année mais une arrivée à Peyragudes...

Oh ! Peyragudes, c'est proche de Luchon donc on parlera de Luchon ! C'est ce qui m'importe !
Sur le plan sportif, c'est une super arrivée qui se déroule sur la piste de l'altiport 007. C'est une arrivée costaud : les derniers 300 mètres sur une pente à 18%.
 

Chronométrage permanent

Il est temps d'aborder votre idée de chronométrage permanent...

Je voulais apporter quelque chose de nouveau dans le secteur. J'ai donc proposé de mettre en place un système de chronométrage permanent pour l'ascension de Superbagnères qui me tient particulièrement à cœur.

Il y a eu six arrivées du Tour de France à Superbagnères avec de grands noms qui figurent au palmarès : Bahamontes (1962) et Bernard Hinault  vendredi 29 juin 1979, 66° tour de France)  entre autres (Massignan en 1961, Fuente en 1971, Lemond en 1986 et Millar en 1989 ). Ils se sont imposés sur une épreuve chronométrée, ce qu'on appelle un contre la montre individuel. Le temps référence est celui de Bernard Hinault qui avec sa victoire endossa le maillot jaune.

Pour le contre la montre de 1979, les coureurs devaient d'abord faire le tour du vallon (via Montauban-de-Luchon et Saint-Mamet) avant d'aborder la montée proprement dite vers Super. Cela représente 23,870 km que Bernard Hinault a parcouru en 53 mn 59 secondes.

La montée proposée aux cyclistes part directement de Miramonte (croisement route de Super avec SAint-Mamet) et aligne 18,370 km que Bernard Hinault a parcouru en 46 minutes 37 secondes qui est donc le temps de référence.
 
J'ai soumis l'idée dès l'ouverture du magasin en avril 2016 car j'espérais une inauguration lors du passage du Tour. J 'avais besoin d'autorisation des maires de Luchon et de Saint-Aventin (Superbagnères étant sur le territoire de cette commune) pour l'implantation de deux panneaux, au départ et à l'arrivée.

Le maire de Luchon m'a freiné en me suggérant de mettre cette opération en place sur cinq ascensions au départ de Luchon : Superbagnères, Hospice de France, Le Portillon, Le port de Balès et le Peyresourde. Pour cette opération plus importante, il me fallait trouver d'autres partenaires financiers et du coup impliquer la communauté de communes encore du Pays de Luchon à ce moment-là.

L'intercom' Pyrénées Haut-Garonnaises a emboité le pas sans problème et a soutenu mon projet en gérant tous les dossiers administratifs, c'est aujourd'hui finalisé et l'inauguration est prévue pour le 12 juillet.

Je n'ai rien inventé, j'ai personnalisé un produit vélo sur Luchon qui devient le pionnier sur toute la chaîne pyrénéenne.
 
 
Sur le plan pratique, comment ça se passe ?

Mode d'emploi

Il faut un panneau au point de départ et à l'arrivée. Y figurent le profil de l'ascension, le repérage de toutes les montées et un code qu'il faut scanner dans l'application Skitude téléchargée sur son téléphone cellulaire.

Sur le panneau de Miramonte figurent les trois ascensions de Superbagnères, de l'Hospice de France et du Portillon.

Pour le Port de Bales et le Peyresourde, le panneau de départ est installé au niveau du cimetière, cours de la Casseyde.

Devant le panneau, le cycliste choisit sa destination et scanne avec son mobile le code correspondant.

Commence alors un rapide compte à rebours (10,9,8, etc... ) qui laisse le temps de ranger son téléphone !  Et on démarre !

A l'arrivée, un point GPS ayant été retenu, le chrono s'arrête automatiquement mais on peut aussi, par sécurité de contrôle, scanner le code comme au départ.

En revenant sur l'application, on peut connaître son temps, sa vitesse, toutes les données de l'ascension sélectionnée.
A terme, on aimerait créer un challenge sur les cinq ascensions réunies.

Qui sont vos partenaires financiers ?

La Communauté de Communes Pyrénées Haut-Garonnaises, la station de ski de Superbagnères, Luchon Cycling. 

 

D'autres projets dans les cartons ?


Oui ! Le 29 juillet, nous relançons une épreuve qui existait il y a plus de vingt ans. Nous organisons une grande course cycliste, en semi nocturne puisque le départ sera donnée à, 19h, le "Grand prix cycliste de la ville de Bagnères-de-Luchon".

C'est une course cycliste UFOLEP, organisée par l'AS Muret cycliste parrainée par Luchon Cycling,en collaboration avec la mairie de Luchon, les stations de ski de Luchon-Superbagnères et Peyragudes, l'Office de Tourisme et l'association des commerçants Luchon Passion.

Le circuit empruntera l'allée d'Etigny à partir du passage Sacarrère ,l'allée des Bains, les boulevards Rostand et Dardenne, l'avenue Boularan et retour sur l'Allée d'Etigny.

Toute cette activité professionnelle ne vous empêche pas de continuer de pratiquer le vélo et même de faire de la compétition ?

Cette année je me suis qualifié pour les championnats du monde du contre la montre, dans ma catégorie ,Masters  (les 55 à 63 ans) qui vont se dérouler à Albi fin août.

Comment le sportif que vous êtes accepte-t-il le dopage chez les professionnels ?

Une page a été tournée, maintenant il sont contraints à une bonne hygiène de vie, tout un travail est fait en amont et pendant le tour, dès après l'arrivée. L'entraînement est qualitatif, la technicité du matériel a changé, les vélos sont de plus en plus légers.

Pendant le Tour, les coureurs ont une drôle de vie pour pouvoir être naturellement performants. Entre deux étapes, l y a une prise en charge étonnante. Dès la fin de l'étape, ils continuent à faire travailler leurs muscles avec des home-trainers puis ils sont condamnés au repos, leur alimentation est très étudiée, c'est une hygiène de vie draconienne.

A titre personnel, je suis content quand je monte un col à 12km à l'heure. Quand je voyais un gars qui freinait dans les montées, pour pouvoir négocier les virages, parce qu'il arrivait trop vite, j'étais choqué. Moi, je n'ai jamais freiné dans les montées. Mais ce sont des images d'un autre temps. Ils y ont mis du temps, mais il y a eu du ménage de fait .Je ne suis cependant pas dupe ni naïf.

Qu'est-ce qui vous a amené à faire du vélo ?

J'ai commencé jeune mais j'ai arrêté : faire la fête n'était pas compatible ! Puis la vie de famille, mais au premier enfant, j'ai arrêté de fumer et j'ai pris du poids, alors je suis retourné vers le sport, le vélo mais aussi la course à pied, ski de randonnée, VTT, ski de fond, ski alpin, marathon, trail, les diagonales des fous à la Réunion, mais le vélo route a ma préférence.

Ça devient une drogue ! Mais une bonne drogue.   

Vos meilleurs souvenirs ?

Il y en a plein ! Mes deux titres de champion de France (en 2014) et champion du monde du contre la monde chez les pompiers en 2013, à Huesca en Espagne. Vice-champion de France de course sur route, à Chinon. Il y a bien sûr le raid en VTT de Luchon à Dakar en 1986. Avec la Fondation Daniel Balavoine, on a monté une opération ,je travaillais à la mairie, pour emporter du matériel scolaire donné par les écoles de Luchon. Nous étions trois vététistes de Luchon avec Alain Tarroux et Armand Manent, plus deux véhicules 4x4 et une moto pour notre assistance. On a traversé l'Espagne, le Maroc, l'Algérie, le Niger, le Mali, le Sénégal. Au Maroc, nous avons été super bien reçu car, M. Pigassou, le directeur technique des Thermes ( puis directeur général) avait été conseiller technique pour construire les thermes de Moulay-Yacoub, à côté de Fès.

Votre carte blanche

Qu'il y ait le plus tôt possible une arrivée du Tour de France à Superbagnères. L'arrivée d'étape sera beaucoup plus belle et les retombées économiques plus efficaces car il y  aura autant de monde à Luchon le jour du Tour et beaucoup plus encore avant et après pour faire  l'ascension de Superbagnères. Sportivement, c'est plus intéressant et à cours et long termes, ce sera super bénéfique pour Luchon.

Mais ce n'est pas possible dans l'immédiat à cause de problèmes techniques : il y a des ponts à charges limités qui empêche la montée de certains véhicules. Le tour de France est équipé de véhicules de plus en plus volumineux.

  
Convaincus que pour dynamiser Luchon il faut en connaître un rayon... Alors ! Tous en selle pour l'avenir de Luchon via le vélo ! 

Interview réalisée par Nadyne Vern-Frouillou


DROITS DE REPRODUCTION ET DE DIFFUSION RÉSERVÉS. COPYRIGHT LUCHON MAG


La boutique "Luchon Cycling (Photo © Domy)
La boutique "Luchon Cycling (Photo © Domy)


Christian Laffont (Photo © Domy)
Christian Laffont (Photo © Domy)


Nouveau commentaire :

Agenda | Actu | Opinion : la vôtre, la nôtre | Sport | Faits-divers | Culture | Tribune libre | Murmures | PUBLICITÉ / CONTACT | ULULE | Luchon Passion | Pub | RDV politique