luchonmag
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Lundi prochain, campagne de dépistage du diabète à Luchon

"Le diabète est, notamment, la 1ère cause de cécité avant 65 ans, la première cause d’amputation hors accident, la deuxième cause de maladies cardiovasculaires et 30.000 décès lui sont imputables chaque année".



Vendredi 16 Octobre 2015
Nadyne V.F.


(Photo DR)
(Photo DR)
"On estime à 700.000 le nombre de diabétiques qui s’ignorent", indique l’Association française des diabétiques.

Luchon accueillera lundi 19 octobre, de 9h30 à 16h30, dans le parc thermal, le camion DIABSAT dans le cadre de la campagne de dépistage des complications du diabète qui se déroule d'octobre à décembre 2015 en Haute-Garonne.  Les personnes diabétiques habitant le département de la Haute-Garonne pourront bénéficier gratuitement d’un dépistage itinérant des complications chroniques du diabète, dans le cadre du programme DIABSAT.

Organisé par le réseau DIAMIP et financé par l’ARS Midi-Pyrénées, le CHU de Toulouse et le CNES, DIABSAT est également soutenu par Sanofi qui mobilise ses équipes au quotidien pour vous accompagner dans la prise en charge de nombreux enjeux de santé publique, dont le diabète et la prévention. Dans le cadre de l’ouverture des réseaux territoriaux à la prise en charge de la maladie chronique, la campagne de Haute-Garonne est organisée en partenariat avec le réseau territorial Relience.

Entre mai 2010 et juillet 2015, le programme DIABSAT a permis de dépister 2428 personnes diabétiques sur l’ensemble des départements de Midi-Pyrénées, sur 347 journées de dépistage,

Le dépistage DIABSAT s’inscrit dans une démarche visant à aider à la prise en charge des patients diabétiques, au plus près de leur domicile. C’est dans ce cadre qu’un camion équipé de plusieurs appareillages spécifiques s’arrêtera  à Luchon.

La Haute Autorité de Santé (HAS) recommande la réalisation d’examens spécifiques réguliers destinés à prévenir ou à retarder l’apparition de complications sévères pour les patients diabétiques. Or, dans la dernière enquête nationale ENTRED 2007, seuls 28% des patients ont bénéficié du dosage de la microalbuminurie, 50% environ d’une consultation ophtalmologique et 62% d’une gradation podologique, au cours de la dernière année.

Aussi, le programme Diabsat s’inscrit-il dans une démarche visant à aider à la prise en charge des patients diabétiques, au plus près de leur domicile.

Les patients diabétiques pourront ainsi bénéficier gratuitement de tout ou partie des examens suivants, selon leurs besoins et/ou la demande du médecin traitant ou du diabétologue :
  • prise de clichés de rétinographie non mydriatique (si la dernière consultation ophtalmologique date de plus d’un an)
  •  dépistage de la microalbuminurie (si la dernière évaluation date de plus d’un an)
  • en cas d’absence de suivi podologique ou s’il date de plus d’un an : 
  > mesure des Index de Pression Systolique (IPS) au stéthoscope-doppler, 
  > réalisation de la gradation podologique, 
  > enregistrement des pressions plantaires grâce à une plate-forme podométrique.
Ces différents examens sont effectués à bord du véhicule par une infirmière, qui les transmet pour interprétation au diabétologue, à l’ophtalmologue et à la podologue référents.


Un compte-rendu est ensuite adressé au médecin traitant par courrier ainsi qu’au patient, et à son diabétologue s’il y a lieu, en mentionnant le résultat et l'indication ou non d'une consultation spécialisée dans des délais brefs.

Selon les desiderata des médecins locaux, une organisation avec prise de rendez-vous ou sans rendez-vous est possible.

Vous êtes professionnel de santé, vous pouvez dès à présent informer vos patients diabétiques de ce programme et du passage du camion à Luchon  (et dans 21 autres communes de la Haute-Garonne)

Maladie typiquement liée au mode de vie, le diabète de type 2 s’est développé de manière exponentielle au cours des trois dernières décennies. La France qui pourtant présente, en Europe de l’Ouest, les incidences les moins élevées,  il y a  3 millions de diabétiques, soit 5% de la population.

Mais cette maladie évolue à l’allure d’une épidémie et pourrait toucher jusqu’à 1 Français sur 10 dans moins d’une dizaine d’années. D’où l’importance de miser sur la prévention. "On estime en effet à 700.000 le nombre de diabétiques qui s’ignorent », indique l’Association française des diabétiques.

Or si ces personnes ne sont pas rapidement dépistées, elles sont exposées à des complications dramatiques : "le diabète est, notamment, la 1ère cause de cécité avant 65 ans, la première cause d’amputation hors accident, la deuxième cause de maladies cardiovasculaires et 30.000 décès lui sont imputables chaque année".

Le problème avec le diabète de type 2 est que cette maladie peut passer inaperçue pendant de longues années. C’est ainsi qu’il s’écoule en moyenne 5 à 10 ans entre l’apparition des premières hyperglycémies et le diagnostic du diabète. Résultat, c’est souvent à l’occasion des premières complications graves que la personne diabétique consulte.

Il faut donc saisir l'opportunité de DIABSAT à Luchon, ce lundi 19 octobre.  

Nadyne V.F.
Nadyne V.F.

Agenda | Actu | Opinion : la vôtre, la nôtre | Sport | Faits-divers | Culture | Tribune libre | Murmures | PUBLICITÉ / CONTACT | ULULE | Luchon Passion | Pub | RDV politique