luchonmag
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Maison du Curiste : rencontre avec Jacqueline Athiel, peintre... préhistorique

"Les arts en partage", le titre de l'exposition qui est présentée à la Maison du Curiste, dans la salle de la Verrière dite salle Lucien Boubier explicite la présence de quatre artistes peintres différentes. Une exposition à découvrir jusqu'au 4 novembre.



Lundi 31 Octobre 2016
Nadyne Vern-Frouillou


Jacqueline Athiel (Photo NVF)
Jacqueline Athiel (Photo NVF)
"Les arts en partage", le titre de l'exposition qui est présentée à la Maison du Curiste, dans la salle de la Verrière dite salle Lucien Boubier explicite la présence de quatre artistes peintres différentes.

Quatre femmes : Jacqueline Athiel, de Saint Gaudens , membre de l'association "Le Pic du G'art", présidée par Annie d'Aspet et trois de ses amies Geneviève Couret de Saint-Béat et Elizabeth  Languillon qui participent à l'atelier libre de Landorthe créé et animé par Jacqueline Athiel qui a rencontré la  quatrième artiste, Dominique Tifani à l'atelier naissant de Loures-Barousse.

Jacqueline Athiel tient à remercier ces trois artistes qui, au pied levé, ont accepté de remplacer des membres défaillants du "Pic du G'art", "permettant d'offrir au public, dit-elle, une exposition digne des organisateurs qui nous avaient accordé leur confiance".

Passionnée par le dessin et la peinture depuis son plus jeune âge, Jacqueline Athiel a, comme beaucoup, attendu la retraite et son retour de Paris dans son Occitanie natale pour se consacrer à son désir de s'exprimer.

Une expression qui passe aussi par l'écrit. Ses œuvres picturales sont "sous-titrées" de textes expliquant ses œuvres.

"L'accompagnement par l'écrit, pour moi c'est indispensable. L'un ne va pas sans l'autre. L'écrit entraîne la peinture et parfois la peinture implique l'écrit. L'écrit traduit la première émotion. Il m'arrive d'aller sur un site pour des croquis mais en fait je reviens avec des mots. Des mots qui se concrétisent par de la peinture, mais pas toujours".

On comprend aisément cette démarche quand on sait que Jaqueline Athiel est originaire du Périgord. L' objectif récurrent de Jacqueline Athiel, son idée fixe est de "définir l'évolution de la peinture depuis la préhistoire jusqu'à 2016 . Cela représente 40.000 ans, explique-t-elle, et si pendant longtemps je me suis demandée si on avait eu besoin de tout ce qui s'est fait en matière de peinture entre mon '2.000° arrière-grand-père' et moi, j'ai aujourd'hui pris conscience que toutes les étapes ont été nécessaires à l'évolution".

Jacqueline Athiel a évolué elle même d'une peinture figurative vers une expression abstraite où elle se sent beaucoup plus à l'aise, beaucoup plus proche de son mystérieux ancêtre préhistorique qui hante ses pensées.

"Grâce aux incroyables avancées techniques, ça me semble plus facile de supposer l'avenir plutôt que d'imaginer le travail de mon 2.000° arrière grand-père. Moi-même je préfère peindre avec les doigts, sans doute comme lui. Je déteste la 'peinture' numérique où je ne sens pas l'esprit créatif. J'aime la matière, le toucher, c'est ce qui est jouissif pour moi. Je me sens plus proche de l'homme préhistorique qui broyait la terre avec ses ocres, il cherchait les couleurs, il préparait toute sa base. Actuellement on est proche de la matière, comme lui, avec des techniques diverses : on arrive à incorporer de la poudre de marbre, des plâtres, des pâtes qui s'étalent au couteau, des lambeaux de papier, des écrits... Ah ! Les écrits , ce sont les premiers signes de l'homme préhistorique, la signature du peintre c'est comme les signes rupestres".

Jacqueline Athiel pratique l'aquarelle, un peu le fusain, le feutre et l'acrylique dont elle aime "le côté brut, mat. Je me suis essayée à l'huile, c'est très beau, il y a beaucoup de brillance, de transparence mais tout cela enlève le côté rude..."

Elle cherche un mot plus explicite et il jaillit "rupestre, le côté rupestre". Rupestre, ce mot si souvent accolé à l'art préhistorique.

Voila la boucle est bouclée ! 

Maison du Curiste : rencontre avec Jacqueline Athiel, peintre... préhistorique

Geneviève Couret
Geneviève Couret


Dominique Tafani
Dominique Tafani

Nadyne Vern-Frouillou
Nadyne Vern-Frouillou

Agenda | Actu | Opinion : la vôtre, la nôtre | Sport | Faits-divers | Culture | Tribune libre | Murmures | PUBLICITÉ / CONTACT | ULULE | Luchon Passion | Pub | RDV politique