luchonmag
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Séance Cinévallée : "Family Life" de Ken Loach

Présentation initiale par Roger et, pour terminer agréablement la soirée, échange convivial d’impressions et commentaires. Séance à 20h30, jeudi 20 avril, au Foyer de Juzet-de-Luchon.



Dimanche 16 Avril 2017
Roger Cussol


Séance Cinévallée : "Family Life" de Ken Loach
On croit tout savoir de Ken Loach : cinéaste anglais par excellence, chroniqueur subtil des crises sociales et économiques qui ont frappé le pays, défenseur de la classe ouvrière face au libéralisme thatchérien… Aucune de ces images n’est fausse, bien sûr, mais elles constituent désormais des catégories d’analyse dont beaucoup se contentent. L’œuvre de Loach est probablement plus complexe, et Family Life vient à point pour nous le rappeler.

Tourné en 1971, un an après Kes, Family Life est l’un des films les plus impressionnants de sa filmographie. Ecrit par Loach et son scénariste David Mercer à partir d’une expérience déjà menée à la télévision en 1967, Family Life décrit le conflit qui oppose une jeune fille, Janice, à ses parents, petits-bourgeois normaux bloqués dans des réflexes conservateurs étouffants. Fragilisée par un avortement que sa mère l’a forcée à subir, Janice est conduite par ses parents en hôpital psychiatrique. Elle y mènera une thérapie de groupe efficace sous la direction d’un médecin attentif à la parole du malade, avant d’être récupérée par le système médical et déshumanisée par les médicaments et les électrochocs. Le film possède avant tout une force de dénonciation extrême : contemporain des recherches de Deleuze et Guattari (L’Anti-œdipe sortira quelques mois après le film) et assez proche de l’antipsychiatrie, Family Life montre du doigt la psychiatrie institutionnelle, répressive et bornée, comme incapable de guérir car incapable de comprendre les maux. Mais le film ne se contente pas d’une dénonciation glacée. Ce qui est très beau, c’est la chaleur et la tendresse avec lesquelles Loach traite son sujet, la distance parfaite entre la caméra et les personnages. Filmé de manière quasi documentaire, en alternant de grandes scènes d’entretiens ­ où les personnages sont assis dans les angles des plans ­ et des scènes de famille plus chorales, admirablement interprété par des acteurs auxquels Loach laissait une petite marge d’improvisation, Family Life est un grand film sur le contrôle social et sur l’enfermement.

Jean de Baroncelli écrivait dans Le Monde du 8 novembre 1972 :

"Au nom de la 'bonne éducation' et de la science, le naufrage d'une adolescente ... On nous dira que le cas de Janice est exceptionnel. Est-ce bien sûr ? Mais si même le cas était unique, ce film serait à voir. A voir et à méditer. On en sort bouleversé. C'est peut-être qu'à travers le récit d'une descente aux enfers, il pose la question essentielle : Savons-nous vraiment aimer ?"

Pour suivre l'actualité de CINÉVALLÉE : consultez régulièrement le site cinevallee.fr.


Roger Cussol
Roger Cussol

Nouveau commentaire :

Agenda | Actu | Faits-divers | Culture | Tribune libre | Murmures | PUBLICITÉ / CONTACT | ULULE | Luchon Passion | Pub | RDV politique