luchonmag
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Entretien avec Philippe Gimenez, candidat "France Insoumise" : "Nous sommes les seuls à vouloir et pouvoir changer la vie des gens"

Candidate de la France Insoumise, Philippe Gimenez répond aux questions de la rédaction de "Luchon Mag".



Vendredi 9 Juin 2017


Philippe Gimenez et Sophie Lechat avec Jean-Luc Mélenchon sur la "péniche insoumise, le jour de la Pentecôte à Toulouse (Photo DR)
Philippe Gimenez et Sophie Lechat avec Jean-Luc Mélenchon sur la "péniche insoumise, le jour de la Pentecôte à Toulouse (Photo DR)
Ce n’est pas votre première campagne électorale, mais la première en tant que candidat à la députation. Voilà plusieurs mois qu’avec ta suppléante Sophie Lechat vous êtes mobilisés sur le vaste territoire de cette circonscription forte de 283 communes pour tenter de convaincre, notamment les indécis, que le programme de la France Insoumise portée à la présidentielle par Jean-Luc Mélenchon, peut faire évoluer dans le bon sens leur avenir. Comment se sont déroulés ces contacts avec les citoyennes et citoyens du Comminges/Savès ? Comment les idées de la France Insoumise sont reçues ?
 
C'est ma cinquième campagne, après 3 départementales (ou cantonales, et 2 défaites), une municipale et ces législatives. J'avais eu un aperçu d'une campagne difficile sur un grand territoire en 2015 et le nouveau canton de Luchon. Aujourd'hui nous travaillons sur un territoire 2 fois plus grand mais avec une équipe de campagne et de militants bien étoffées.
L'apport des différents groupes d'appui est important, ils permettent d'avoir des relais sur le terrain et de préparer les rendez-vous ou actions militants.

Ces groupes ont encore grossi après les présidentielles, les insoumis n'ont pas baissé les bras, au contraire ils se mobilisent davantage.

Les citoyens en revanche paraissent moins mobilisés, peut-être un ras le bol dû à la durée des campagnes (primaires, présidentielles, législatives) ou le manque d'intérêt des propositions des différents candidats sur la 8ème circo.

Je suis en fait le seul candidat, peut-être avec le candidat de "résistons", à porter le même programme lors des présidentielles et des législatives, pour nous c'est "l'Avenir en commun" et nous sommes les seuls à vouloir et pouvoir changer la vie des gens.

Effectivement, nous avons de bons retours, nous apparaissons comme la seule alternative et opposition à la "Macronite". Aujourd'hui encore, en faisant du porte à porte à Salies et Mane, nous avions un accueil chaleureux, d'autant plus que les gens étaient déçus de ne pas avoir nos professions de foi dans la propagande officielle.
 
Lors de vos rencontres avec les citoyens de la 8ème circonscription, avez-vous ressenti l’inquiétude pour leur avenir sur un territoire peu à peu abandonné par les services publics et où l’économie est en berne contrairement à la Métropole voisine de Toulouse ?
 
Les Commingeois se sentent oubliés par les gouvernements successifs, seuls quelques-uns croient encore au pouvoir des représentants des partis traditionnels, le PS par exemple se raccroche à l'image Delga (présidente de région et directrice de campagne de Joël Aviragnet) pour garder la circo.
Dans le Savès, pire encore, c'est un rejet total, le FN est à près de 30% dans certaines communes, il subit de plein fouet ce décalage avec la métropole, une population endettée qui travaille sur Toulouse, avec des services" au public" de mauvaise qualité et chers (transports par exemple) ; en cela nous avons attendu et insisté pour avoir une remplaçante issue du Savés, du monde associatif et social pour nous représenter pendant la campagne et en tant qu'assistant parlementaire si nous gagnons.

Dans le Boulonnais et les portes du Comminges, c'est le monde agricole qui agonise, sur Cazères, Saint-Gaudens ou Montréjeau il y a de forts taux de chômage et de pauvreté (10 points au-dessus de la moyenne nationale).
 
A 48h du 1er tour, la France Insoumise ne recueillerait que 12% des intentions de vote des électeurs, ce qui correspondrait à peu de députés. Ici en Comminges/Savès, comme dans la grande majorité des circonscriptions françaises, vous êtes confrontés aux candidats du PCF qui, pourtant, lors de l’élection présidentielle ont soutenu Jean-Luc Mélenchon. Cette division est très souvent mal comprise par les électeurs. N’a-t-elle pas été un obstacle à votre campagne et ne profite-t-elle pas au candidat socialiste, suppléant de Carole Delga ?
 
Bien sûr, la présence de candidats PCF affaiblit la France Insoumise et permettra peut-être à Joel Aviragnet d'être présent au second tour. Je ne crois pas cependant qu'il sera devant nous.
Ça risque d'être serré avec 5 candidats pour 2 ou 3 (à condition de faire 12,5% des inscrits) places.

Si nous ne passons pas le 1er tour nous continuerons à nous battre et resterons près de la population.

C'est déjà mon quotidien dans ma commune de Castillon et au sein de la communauté de commune de Cagire Garonne Salat ou du PETR.

Je vis en fait dans le tryptique Social/concertation citoyenne/ développement économique en continuant mon activité professionnelle sur Toulouse tout en essayant de garder un peu de temps pour ma vie familiale (j'ai 2 filles de 5 et 3ans + leur maman) et mon plaisir, "chanter avec les copains". 
 
Les électeurs viennent de recevoir les professions de foi. Les vôtres ne figurent pas dans cet envoi. Que s’est-il passé ?
 
Pour les professions de foi : celles-ci devaient arriver à Mérignac le lundi 29 mai à 12h (après un week-end de 4 jours) en même temps que les bulletins de vote.

Personne n'a pu vérifier et certifier que l'ensemble du matériel de 8 candidats de Haute-Garonne de la France Insoumise était arrivé en retard.

Nous sommes donc allés récupérer notre matériel et le distribuer par nos soins.

Il faut le prendre à la rigolade, on doit faire peur !  

Propos recueillis par Paul Tian



1.Posté par eLecteur le 09/06/2017 18:25
J'ai du mal à croire que les électeurs, vont voter pour des candidats (es) qui n'apparaissent, que depuis le lancement de la campagne.
Philippe Gimenez est le seul à avoir été sur le terrain pour défendre les intérêts des citoyens.
A vous de voir. Mais, il faudra pas venir pleurer, quand le candidat élu, disparaîtra des radars... Vous pourrez toujours essayer d'y courir après...

2.Posté par saltimbank le 11/06/2017 15:11
outre le fait d'être sur le terrain et pas seulement en période électorale Philippe Gimenez est fidèle à ses engagements et aux valeurs qu'il porte aujourd'hui avec Sophie Lechat.
Ils sont la seule candidature à gauche, réaliste et cohérente.
Avec eux pas de clientélisme, pas de chantage au vote !
Un seul combat : améliorer le quotidien de nous tous en menant une politique pour et avec le peuple !

Nouveau commentaire :

Politique | Clin d'oeil | Solidarité | Arrêt sur image | Murmures sur les allées | Gastronomie | Education nationale | Commerce | Annonce | Ephéméride | Animaux | L'Evènement | Coup de pouce