luchonmag
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Ligne SNCF Montréjeau-Luchon : intéresse-t-elle vraiment les candidats à la présidentielle ?

La Coordination pour la défense du rail et de l'inter-modalité en Comminges/Barousse (CDRIC) a interpellé les onze candidats à la présidentielle sur l'avenir de la ligne SNCF Montréjeau-Luchon. A onze jours du premier tour de l'élection présidentielle, seuls quatre candidats ont actuellement répondu à la Coordination rail. Nous publions ci-après des extraits de leurs réponses.



Mercredi 12 Avril 2017


(Photo archive Luchon Mag)
(Photo archive Luchon Mag)
En Février et Mars, la Coordination pour la défense du rail et de l'inter-modalité en Comminges/Barousse (CDRIC) a interrogé les onze candidats à la prochaine présidentielle pour connaître leur position sur la ligne SNCF Montréjeau-Luchon et sur le train de nuit Paris-Luchon (lire ici).

A onze jours du premier tour de la présidentielle, seuls quatre candidats ( Nathalie Arthaud, Jacques Cheminade, François Fillon et Nicolas Dupond-Aignan) ont répondu à la Coordination Rail. 

Voici ci-après, des extraits des premières réponses :


Nicolas Dupont-Aignan, candidat de Debout la France (31 mars 2017)

"... Je tiens à vous assurer que mon projet présidentiel, que vous pouvez retrouver sur le site internet..., répond à nombre des interrogations et constats que vous avez formulés et que je partage..."


François Fillon, candidat "Les Républicains" (6 avril 2017)

"... Certains territoires de la République sont clairement abandonnés par l'Etat depuis des années. Comment pouvons-nous mettre chaque Français sur un pied d'égalité si, selon son lieu d'habitation, il n'a pas accès aux mêmes opportunités et aux mêmes services ? Depuis une dizaine d'années, j'ai vu la situation de nos territoires se dégrader. La concentration des populations et des richesses vers les grandes métropoles s'est accélérée. La fracture territoriale n'a jamais été aussi profonde. On ne peut pas accepter que s'étendent des territoires vidés de leurs emplois, désertés par les services publics, privés du soutien de l'Etat.

"L'une des mesures prioritaires est de garantir à tous les Français des moyens de transport viables et efficaces. Je donnerai la priorité à la remise à niveau et à la modernisation du réseau ferroviaire très dégradé, ce qui  améliorera la vie de millions d'usagers..."


Jacques Cheminade, candidat Solidarité et Progrès (SP) (6 octobre 2017)

"Nous constatons que l’implication de l’État et de la SNCF est insuffisante, avec des financements respectifs de6M€ et de 4M€, alors même que la rénovation du réseau secondaire est annoncée comme prioritaire.

"Il en résulte que les travaux de remplacement de la caténaire ne seront pas financés et l’alimentation électrique de notre voie ferrée, datant de 1923, serait supprimée et remplacée par un mode de traction thermique alimentée au diesel ce qui constitue une régression technologique et un recul pour la préservation de l’environnement...

"Nous sommes convaincus que le service public est un atout pour nos territoires et que la SNCF doit recevoir de l’État les moyens suffisants pour entretenir et moderniser les lignes telles que la nôtre..."

Nathalie Arthaud, candidate Lutte Ouvrière (LO) (10 mars 2017)

"Je vous dirai tout d’abord que je suis tout à fait solidaire de votre démarche. D’ailleurs Sandra Torremocha, la porte-parole de Lutte Ouvrière dans le SudOuest avait pris position sur cette question en 2015, lors des dernières élections régionales. Et je reprends à mon compte sa déclaration de l’époque, adressée aux associations de défense des transports publics :

"Je prends pour exemple le cas que vous citez de la ligne ferroviaire Montréjeau-Luchon qui a récemment été supprimée. Comme le soulignent les défenseurs de cette ligne, c’est RFF qui est responsable de cette fermeture car elle en a délibérément réduit l’entretien considérant que les 16 circulations hebdomadaires ne lui rapportaient pas assez pour le faire correctement. Et de ligne en mauvais état, elle a fini par devenir dangereuse… et du coup elle a été fermée… et substituée par une ligne de bus ! Tant pis pour la sécurité, tant pis pour la pollution, tant pis pour le temps perdu. Et bien, je suis favorable à une politique inverse, non seulement de maintien des lignes existantes mais de développement du transport ferroviaire. Et je condamne la loi Macron qui permet la généralisation du bus au détriment du train."

"Et elle continuait en affirmant que : "Si l’argent public doit être investi pour le développement des transports collectifs, il ne doit pas enrichir des entreprises au passage. A la région, à l’Etat de rénover à prix coûtant et d’imposer à la SNCF une autre politique ferroviaire en tant que financeur et donneur d’ordre."

"Pour généraliser sur le problème des transports publics je dirai également que c’est pour satisfaire aux demandes des grandes compagnies pétrolières, des fabricants automobiles et des concessionnaires d’autoroute, que les gouvernements qui se sont succédés, de droite comme de gauche, ont laissé tomber les transports en commun, à commencer par le train. Cela se traduit par des gares dites secondaires fermées, obligeant les habitants à prendre leur voiture pour se rendre à leur travail, ce qui occasionne des frais et de la fatigue supplémentaires. On a également développé des réseaux autoroutiers, mais laissé aux collectivités locales le soin d’entretenir, à leurs frais, les routes départementales ou communales. L’entretien des transports publics urbains est négligé, ce qui augmente leurs dysfonctionnements..."


 


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 5 Novembre 2017 - 13:49 A bientôt...

Dimanche 5 Novembre 2017 - 12:19 Comment lire les articles parus sur "Luchon Mag" ?

Dimanche 5 Novembre 2017 - 09:25 Pour "Luchon Mag", c'est la pause hivernale

Vendredi 3 Novembre 2017 - 13:24 Escapade à Cirès



1.Posté par eLecteur le 12/04/2017 14:01
Promesses électorales et généralités, qui ne servent et n'engagent à rien...
Les candidats ne savent même pas que cette ligne existait!
Les courriers c'est ce qui les arrangent. Cela peut durer des mois, voire des années!
Prenons exemple sur la Guyane. Blocus, un point c'est tout.

2.Posté par hourmigué 31440 le 13/04/2017 14:32
les promesses rendent les fous joyeux !

3.Posté par CANCEL le 13/04/2017 16:46
Bonjour,
C'est en votant pour Mr Mélenchon que l'on risque le plus de revoir un jour le train arrivé à Luchon !
Fraternellement, Cancel.

4.Posté par insoumis luchon le 14/04/2017 16:51
L'urgence ferroviaire au vue d'un réseau délabré devra se focaliser sur la rénovation des lignes déjà existantes , la réouverture d'autres comme la notre, moderniser les rames existantes.
Mais aussi , l'Etat doit reprendre la dette de la SNCF.
Voir le retour du train de nuit, des trains du quotidien , c'est accepter de renoncer à la construction de LGV ou d'autres projets farfelus.
Le mode électrique est la seule solution pertinente et allant dans le bon sens.
MMe Delga s'entête à vouloir encore polluer avec son Diésel.
IL faut faire barrage à ces idées rétrogrades.

5.Posté par ANDREA le 15/04/2017 08:34
entièrement d'accord avec toi insoumis luchon!

Nouveau commentaire :

Agenda | Actu | Opinion : la vôtre, la nôtre | Sport | Faits-divers | Culture | Tribune libre | Murmures | PUBLICITÉ / CONTACT | ULULE | Luchon Passion | Pub | RDV politique